Icon Sport

Top 14 - Alexandre Dumoulin (Racing), ce joueur qui a fait oublier Jamie Roberts

Dumoulin, ce joueur qui a fait oublier Jamie Roberts

Le 14/10/2014 à 17:25Mis à jour Le 14/10/2014 à 17:32

Cantonné à un rôle de second couteau depuis son arrivée au Racing en 2011, Alexandre Dumoulin a su saisir sa chance cette année et réaliser un début de saison tonitruant. Au point d'avoir détrôné l'international Gallois Jamie Roberts dans la hiérarchie des premiers centres.

Difficile d'échapper au phénomène Alexandre Dumoulin depuis le début de la saison. Si le Racing occupe actuellement une septième place en-dessous de ses ambitions, lui crève l'écran en Top 14. Un essai dès la première journée contre Montpellier, des prestations toujours plus convaincantes à chaque sortie et une capacité à transpercer régulièrement les rideaux défensifs... on peine à croire qu'il s'agit du même joueur en fond de banc du Racing des saisons précédentes. "L'an dernier, je faisais des bouts de match, se souvient l'ancien Berjallien. J'étais le deuxième choix, voire le troisième dans la hiérarchie. J'ai beaucoup travaillé, j'ai été très sérieux durant la préparation physique et cela me réussit aujourd'hui".

Le joueur a surtout changé physiquement. Débarqué en Ile-de-France avec un poids de 108kg, il est descendu en un été à 97kg. Une facteur déterminant dans sa transformation. "J'ai gagné en endurance, en vitesse et en explosivité. Avec le recul, je me dis que j'aurais dû perdre ces kilos avant car cela m'handicapait plus qu'autre chose. Je voyais qu'en endurance et en vitesse, j'étais souvent à la ramasse très tôt dans les matchs. J'ai beaucoup travaillé pour sécher et je pense que ça a été la clé de mon début de saison". Sa force a aussi été son mental pour s'accrocher dans les moments difficiles alors que le Racing voulait le prêter. Devant le refus du joueur, le club s'est résigné à laisser partir Fabrice Estebanez au Lou à l'intersaison. "J'ai toujours cru en moi. Je savais que je n'étais pas très loin de ceux qui jouaient", assure le demi d'ouverture de formation.

Labit: "Aujourd'hui Alex, est plus performant que Roberts et c'est lui qui joue"

Un choix payant puisque le garçon, qui porte le rugby dans ses gênes, à su convaincre ses entraîneurs. Au point de renverser la hiérarchie établie et de passer devant un Jamie Roberts souvent décevant depuis son arrivée en France en 2013, comme le confirme Laurent Labit. "C'est un joueur avec qui on a beaucoup discuté l'année dernière, notamment en fin de saison. C'était difficile pour lui et on s'est expliqué. Je lui ai aussi dit que, cette année, les compteurs étaient remis à zéro, que les meilleurs joueraient et c'est ce qu'il se passe. Jamie Roberts a aussi de grosses qualités et a eu fait des bons matchs avec nous, mais aujourd'hui Alex est plus performant que lui, tout international gallois qu'il est, et c'est lui qui joue".

À vingt-cinq ans, Alexandre Dumoulin connaît une éclosion tardive mais brutale. Son style de perforateur/briseur de placage n'est pas sans rappeler celui d'un certain Yannick Jauzion, qu'il admirait plus jeune. De là à viser le plus haut niveau ? Laurent Labit estime en tout cas qu'il en a les moyens. "Il a toutes les qualités pour être un grand joueur. Il a franchi un pallier, on voit aujourd'hui ce qu'il est capable de faire et je pense qu'il peut encore faire beaucoup mieux". Lui savoure et ne pense pas encore à un bleu plus foncé que celui de Colombes. "Mon objectif numéro un est d'être très performant avec le Racing. Il est trop tôt pour parler d'autre chose". S'il continue d'exploser à ce rythme, la question ne devrait pas tarder à se poser.

Alexandre Dumoulin (Racing)

Alexandre Dumoulin (Racing)Icon Sport

Contenus sponsorisés
0
0