Icon Sport

Gonzalo Quesada: "Les joueurs ne connaissaient pas leurs ressources profondes en tant qu'équipe…"

Quesada: "Les joueurs ne connaissaient pas leurs ressources profondes en tant qu'équipe…"

Le 15/05/2015 à 10:49Mis à jour Le 15/05/2015 à 11:43

Après sa victoire dans le derby francilien, le Stade français a conforté sa place en phase finale du Top 14. Au moment de recevoir Montpellier (samedi, 16h35), la formation de Gonzalo Quesada semble avoir repoussé ses limites.

C’est une évidence qui s’impose depuis plusieurs mois. L’état d’esprit calfeutrant le Stade français laisse la porte ouverte aux plus grands exploits. Dimanche dernier sur la pelouse de Colombes (19-28), les Parisiens ont une fois de plus confirmé leur solidarité en résistant à la décision arbitrale de Jérôme Garcès d'expulser Sergio Parisse dès la 19e minute. Les ressorts psychologiques de la formation de Gonzalo Quesada ne sont pas nouveaux. Que ce soit sur les terres du Castres olympique (22-25), dans l’antre étouffante du Rugby Club Toulonnais (24-28), sur les hauteurs de Grenoble (30-43), dans l’ivresse de Chaban-Delmas (22-23) ou contre l’armada clermontoise (40-26), Paris a décroché plus d’un match référence. "Je ne sais pas si c'est un acte fondateur, il y en a eu plusieurs depuis un moment", souligne le technicien argentin. "Ce n'est pas un acte fondateur mais une victoire dans une grande adversité".

" Les joueurs savent jusqu’où ils peuvent aller, ils connaissent leur force intérieure…"

Habité par une prudence quotidienne, Gonzalo Quesada sait pourtant que ce succès majeur face au Racing-Metro 92 a sublimé la vie de son groupe. "Cela nous a permis d'avoir une image référence", insiste-t-il. "Les joueurs ne connaissaient pas leurs ressources profondes en tant qu'équipe, et grâce à ce match, ils savent jusqu'où ils peuvent aller, ils connaissent leur force intérieure". Une force intérieure transcendée par les nombreux coups durs venus perturber l’ascension des pensionnaires de Jean-Bouin, de la saison blanche de Hugo Bonneval due à une rupture d'un de ses ligaments croisés, à la suspension de Pascal Papé pour dix semaines.

Gonzalo Quesada s'est montré fier de ses joueurs et espère que son équipe va continuer sur sa lancée - mai 2015

Gonzalo Quesada s'est montré fier de ses joueurs et espère que son équipe va continuer sur sa lancée - mai 2015Icon Sport

Une force intérieure qui devra chasser tout signe de relâchement au moment de recevoir Montpellier. "Si certains pensent qu'avec l'euphorie de la victoire, et en recevant, on va dérouler... J'ai bien alerté les joueurs sur nos trois défaites à Jean-Bouin lors de nos quatre derniers matches. Et sur le fait que Montpellier, surtout depuis le retour de (François) Trinh-Duc, est une énorme machine avec une énorme conquête, un jeu assez direct, qui a fait d'énormes matches dernièrement, surtout à l'extérieur. Ils n'auront aucun complexe et vont jouer leur va-tout pour la qualification. Donc si on arrive en se disant que ça va passer tout seul, on risque d'avoir très mal à la tête".

" Si on arrive en se disant que ça va passer tout seul, on risque d'avoir très mal à la tête."

Avec sept points d’avance sur Oyonnax, 5e, le mal de tête craint par Gonzalo Quesada attendra encore. La problématique brûlante de cette 25e journée sera bien de savoir si les Parisiens, portés par leurs ressources profondes, sauvegarderont leur match de barrage à domicile. "Dès qu'on a pensé cette saison à ce qui se passerait si on gagnait, si on prenait un bonus, si on finissait deuxième etc... on n'a pas été super bons", prévient le manager du club. "Un éventuel barrage passe par une victoire, et tout miser sur notre match à Brive (lors de la dernière journée) pour la qualification paraît un peu dur. Donc ne rêvons pas à ce qui peut se passer derrière".

Les supporters du Stade français attendent la réception de Montpellier avant peut-être un barrage à domicile - mai 2015

Les supporters du Stade français attendent la réception de Montpellier avant peut-être un barrage à domicile - mai 2015Icon Sport

Contenus sponsorisés