Icon Sport

8e journée Top 14 - UBB-ASM (51-21) - Les grands rendez-vous, Bordeaux-Bègles adore ça

Les grands rendez-vous, Bordeaux-Bègles adore ça et Clermont l'a payé cher

Le 04/10/2014 à 16:38Mis à jour Le 04/10/2014 à 17:33

Euphorique au terme d'une rencontre en tout point somptueuse, Bordeaux-Bègles a infligé une énorme déculottée à Clermont (51-21), bonus offensif à la clé.

Et les doutes de Bordeaux-Bègles se sont envolés. En quatre-vingts minutes seulement. Le temps de rappeler que cette équipe, qui ne cesse de surprendre saison après saison, est toujours capable de déployer ce jeu flamboyant si souvent loué malgré un début de saisons plus hésitant. Le temps de passer avec brio au révélateur clermontois, dans ce qui restera probablement comme l'un des plus belles affiches de ce Top 14 2014-2015.

Rien de tel que les statistiques pour mesurer l'ampleur de la performance girondine mais aussi la qualité de cette partie. En commençant par le battu d'ailleurs. Car Clermont arrivait à Chaban-Delmas avec un triple-statut qui en aurait terrorisé plus d'un. Une place de leader tout d'abord, laissée désormais à Toulon, vainqueur d'Oyonnax ce vendredi. Un rang de meilleure défense du championnat ensuite, qui a volé en éclat avec six essais encaissés alors que les Auvergnats n'en avaient concédé que trois en sept journées. Et enfin une étonnante invincibilité à l'extérieur depuis le début de saison, qui a pris fin brutalement. Brutalement car Clermont n'avait plus encaissé cinquante points depuis mai 2005 et un déplacement à Castres, et car la leçon donnée par l'UBB n'est pas sans rappeler le 41-0 infligé à Toulon début 2013. Des Girondins qui en profitent du même coup pour inscrire leur premier bonus offensif de la saison.

Une première pour Bernard

A la mi-temps déjà, on avait commencé à se plonger dans les archives. Voilà deux ans que l'ASMCA n'avait pas encaissé trois essais en championnat. Mais ça, c'était avant de tomber sur des Bordelo-Béglais portés par un public en feu, et emmenés par un Pierre Bernard aussi efficace face aux poteaux que dans le jeu courant. L'ouvreur profitait d'ailleurs de l'euphorie ambiante pour signer son premier essai sous les couleurs girondines (17-6, 19e), qui faisait suite à une première réalisation du jeune arrière Romain Lonca quelques minutes plus tôt (11e). L'UBB était bel et bien lancée, alors que les deux pénalités concédées dans les premières secondes laissaient craindre qu'elle ne retombe dans les mêmes travers que ceux aperçus à Brive la semaine passée. Berend Botha, entré quatre petites minutes le temps que Julien Le Dévédec ne récupère d'un petit K.-O., corsait même la marque juste avant la pause (36e). Au moment de rentrer aux vestiaires (24-9), Clermont n'avait pu répondre que par trois buts de Brock James malgré de nombreuses occasions d'essai.

Relances depuis leur en-but, pénalités vite jouées, grosse présence au contest de part et d'autre... Le second acte repartait sur le même rythme endiablé pour les deux équipes. Et l'on sentait même les Auvergnats en capacité de revenir lorsqu'ils résistaient à deux sièges de leur ligne avant d'envoyer Nalaga aplatir sur l'action suivante (54e). Mais James manquait la transformation, et l'UBB obtenait deux pénalité dans la foulée (30-14, 58e). Symbole que rien ne voulait marcher pour des Clermontois qui devaient, en outre, faire face à des difficultés en touche.

L'UBB ne peut plus se cacher

Puis Matuisela Talebula allait se rappeler au bon souvenir du peuple jaunard. Jusqu'à alors, le fantasque ailier s'était surtout signalé en défense, avec un plaquage en catastrophe - et assez dangereux mais non sanctionné - sur Nalaga pour le priver d'un premier essai (12e), et sur un drop manqué avec le sourire à l'heure de jeu. Mais il était dit que le meilleur marqueur de la saison dernière allait participer à la fête. C'est lui qui redonnait le bonus offensif à son équipe en bout de ligne (63e) et lançait une fin de match complètement folle. Clément Maynadier (72e) puis Jandre Marais (75e) finissaient à leur tour dans l'en-but, avant que Thierry Lacrampe n’adoucisse un peu la note (78e).

L'addition reste malgré tout salée pour des Clermontois qui ne pourront pas seulement évoquer leur équipe remaniée pour expliquer cette défaite (51-21). Car s'ils ont répondu plus que présents dans l'engagement et qu'ils ont pu s'appuyer sur une paire de centres remuante, ils ont fait preuve d'une inhabituelle fragilité en défense, et de tout aussi rares approximations dans le dernier geste. Trop d'insuffisances pour résister à une Union Bordeaux-Bègles en état de grâce, et plus que jamais en lice pour décrocher enfin sa place en phases finales. Après ce probant succès, elle ne pourra en tout cas plus se cacher.

Contenus sponsorisés
0
0