Icon Sport

Top 14: Grenoble a vraiment envie de se sauver et l'a montré face à Toulouse (32-11)

Grenoble a vraiment envie de se sauver et l'a montré face à Toulouse

Le 16/05/2015 à 16:27Mis à jour Le 16/05/2015 à 17:47

Grâce à une energie débordante, le FCG s'est imposé contre Toulouse (32-11). Une victoire bienvenue après quatre défaites de rang. Ce succès permet en effet aux Isérois d'envisager plus séreinement le maintien en Top 14.

Ils n'en avaient pas manqué lors de leurs dernières sorties, mais cela n'avait pas suffi. Cette fois, l'envie et la combativité ont bel et bien mené Grenoble vers la victoire (32-11). Tout d'abord car cet état d'esprit a permis de constituer rapidement un matelas confortable face à des Toulousains étouffés (16-0, 24e), et ainsi s'enlever un peu de pression dans cette rencontre capitale pour le maintien. Mais aussi car une très nette impression de domination s'est dégagée de cette débauche d'énergie. Y compris aux yeux de l'arbitre. M.Raynal a par exemple récompensé la rage iséroise dans les rucks au lieu de ​sanctionner des joueurs qui ne restaient pas sur leurs appuis. Alors que les Stadistes s'étaient montrés balbutiants dans le jeu, il a également signalé un en-avant peu évident alors que Maxime Médard était allé pointer en coin pour relancer son équipe (51e)...

Mais ces faits de match ne doivent pas non plus enlever au FCG un sens tactique aiguisé. Alors que leur envie de jouer s'était souvent retournée contre eux cette saison, les Grenoblois se sont appliqués à suivre un plan de jeu plus restrictif mais terriblement efficace: une occupation au pied précise de la part de Jonathan Wisniwski, accompagnée d'une énorme pression sur l'arrière-garde stadiste. C'est d'ailleurs sur ce type de séquence qu'intervenait le premier essai signé Nigel Hunt. Tout un symbole pour le centre, qui a connu la Pro D2 avec les Rouge et Bleu et qui signait son retour de blessure alors que l'on croyait sa saison terminée. Maxime Médard, chassé dans ses vingt-deux mètres, une sortie de balle approximative des Toulousains, et il se jetait sur ce cuir errant pour filer dans l'en-but (12e).

Aplon plaque Médard. Grenoble, le 16 mai 2015

Aplon plaque Médard. Grenoble, le 16 mai 2015Icon Sport

Le Stade malmené en mêlée

En face, à l'image d'un Maxime Médard remuant, les Toulousains auront bien tenté de se réveiller après avoir longtemps été croqués dans la générosité et même en mêlée. En vain. Si Florian Fritz concluait une action de quatre-vingts mètres (68e), les hommes de Guy Novès allaient surtout se heurter à une défense héroïque de la part du FCG. Parfois même au delà de la limite.

En témoigne le carton jaune reçu par Fabien Alexandre (63e), de tous les combats aux côtés de Florian Faure ou Hendrik Roodt notamment. Une frayeur sans conséquence pour les joueurs de l'Isère, qui allaient même avoir le dernier mot grâce à Daniel Kilioni. L'ailier profitait d'une nouvelle mésentente dans la défense toulousaine pour sceller définitivement la victoire de son équipe (79e).

Un succès presque synonyme de maintien pour Grenoble, à la faveur de la défaite de Bayonne à Bordeaux-Bègles quelques minutes plus tard. Quant aux Toulousains, ils ont sans doute laissé au stade des Alpes leurs derniers espoirs de se qualifier directement pour les demi-finales. Pour éviter de sortir les calculettes, ils devront s'imposer la semaine prochaine face à l'UBB pour s'assurer un barrage à domicile.

Roodt à la charge. Grenoble, le 16 mai 2015

Roodt à la charge. Grenoble, le 16 mai 2015Icon Sport

Contenus sponsorisés