Icon Sport

24e journée de Top 14 - Toulouse-Brive: Nicolas Bézy, un retour aux sources en quatre déclas

Bézy, un retour aux sources en quatre déclas

Le 06/05/2015 à 16:09

Pour Nicolas Bézy, le rendez-vous de la 24e journée de Top 14 entre le Stade toulousain et Brive, ce samedi à Ernest Wallon, est bien plus qu’un match. Le demi de mêlée revient sur ses terres et pourrait même affronter son frère.

Comme Obélix, il est tombé dedans tout petit. Dès l’âge de six ans, Nicolas Bézy découvre le rugby à Toulouse, dans le sillage d’une famille pratiquante depuis toujours. Son destin semble le lier au Stade toulousain, mais une carrière n’ayant rien de linéaire, Nicolas Bézy n’a pas réussi à devenir prophète en son pays. Depuis, le polyvalent demi de mêlée et d’ouverture a bourlingué et connu les blessures, avant de retrouver une stabilité sportive à Brive.

" Vu ma situation à Grenoble, avec une nouvelle blessure à la cheville, Fabrice Landreau m’a annoncé qu’il ne validerait pas mon année optionnelle de contrat. J’avais la volonté de retrouver un temps de jeu plus important, et je savais que Brive avait des soucis de blessures au poste de demi d’ouverture. Avec mon agent on a décidé de contacter le club et de proposer mes services."

Deux ans de galères et de blessures en passant par le Stade français et Grenoble. Nicolas Bézy était pourtant un joueur en progression constante depuis ses débuts au Stade toulousain, mais le recrutement de Beauxis, McAlister et Burgess lui a fait comprendre que le club haut-garonnais ne comptait plus sur lui. Attiré par sa polyvalence et ses qualités, c’est Michael Cheika qui le fait venir à Paris. Malheureusement, le coach australien sera remercié un mois après la signature du jeune espoir et dès lors, le temps de jeu de Nicolas Bézy s’est réduit comme peau de chagrin. Il tente alors de relever le défi Grenoblois, mais les blessures à répétition auront raison de ses ambitions. C’est alors une période de réflexion profonde sur ses capacités et son physique qui le mènera en Corrèze. C’est à son initiative et celle de son agent que l’on doit ce transfert. Brive, victime de la blessure de Riaan Swanepoel, se montre séduit par son profil polyvalent et lui donne une nouvelle chance au plus haut niveau.

" Je pense que je peux apporter plus au club en 10 qu’en 9. C’est le poste dans lequel je me sens le plus à l’aise, et je suis ravi que le club m’oriente plutôt dans cette direction. J’ai une meilleure vision du terrain, une participation plus variée au jeu courant. C’est un poste plus complexe car il demande de défendre plus, de gérer le jeu au pied ou les temps forts ou faibles de son équipe. On ne va pas se le cacher, c’est aussi un poste qui peut se révéler déterminant dans les résultats d’une équipe et demande une vraie prise de responsabilité. "
Nicolas Bézy au moment de sa prolongation de contrat avec Brive - Mars 2015

Nicolas Bézy au moment de sa prolongation de contrat avec Brive - Mars 2015Rugbyrama

Son arrivée à Brive est à nouveau marquée par une blessure, juste avant la reprise de la saison. Mais pas de place au doute pour Nicolas, qui est bien entouré et intégré au groupe. Il développe alors une volonté farouche à être déterminant dès son retour sur les terrains. Nicolas est placé au poste de demi d’ouverture, un poste qui lui correspond à merveille au sein du collectif briviste. Un poste qui lui permet d’être tout de suite décisif lors de la seule victoire du CABCL à l’extérieur cette saison, à Montpellier (10-25). Avec deux drops inscrits et une influence majeure dans le jeu courant, Nicolas Bézy démontre qu’il sera un élément essentiel pour obtenir le maintien en Top 14 de son équipe. Les coachs brivistes ne s’y trompent pas en le titularisant neuf fois, toujours au poste de demi d’ouverture.

" On a perdu que deux matchs à domicile, face aux deux finalistes de la coupe d’Europe! On les a joué à un moment de la saison où ces deux équipes n’avaient que le Top 14 en tête. On peut descendre en comptant parfois jusqu'à deux victoires de plus que nos adversaires directs. Ce serait vraiment dur d’accepter de descendre dans ces conditions. On a un bloc de trois matchs avec deux déplacements à jouer à fond pour ramener un maximum de points."

Brive est un habitué de la lutte pour le maintien. Mais le club connaît cette saison un déficit de points acquis loin de son stade Amédée-Domenech et n’a pu compenser par l’obtention de points de bonus (seulement 4 points). Dès lors, les Limousins savent qu’ils auront la pression jusqu’à l’ultime minute de la dernière journée de championnat. Avec deux déplacements consécutifs, Brive sait qu’il lui faudra ramener quelque chose de Toulouse et Castres, pour avoir son destin en main pour la réception du Stade français lors de la dernière journée. Mais Toulouse est l’équipe en forme du moment et semble lancé vers l’une des deux premières places du Top 14. Avec quatre victoires consécutives, les Stadistes semblent quasi intouchables, et Brive devra faire l’un de ses meilleurs matchs de la saison afin de coller au score, et faire douter son adversaire du jour.

" Toulouse c’est un club qui restera toujours particulier pour moi. J’y ai tout connu, les débuts, le haut niveau, mes premiers matchs en Top 14. Ma famille vit là bas et l’un de mes frères (Sébastien) joue au Stade. Si on est tous les deux titulaires, ce sera la première fois qu’on jouera en même temps sur le terrain. C’est une équipe pleine de maitrise, et on va essayer de jouer avec nos armes, notre état d’esprit et notre solidarité pour les faire douter."
Nicolas Bézy quand il portait encore la tunique toulousaine - avril 2011

Nicolas Bézy quand il portait encore la tunique toulousaine - avril 2011Rugbyrama

Contenus sponsorisés
0
0