Top 14 - Les joueurs du BO se posent des questions sur l'avenir du club

Les joueurs de Biarritz se posent des questions sur l'avenir du club

Le 01/05/2014 à 15:13Mis à jour Le 01/05/2014 à 15:21

Les dirigeants du Biarritz olympique sont jusqu’ici restés très vagues sur le futur du club en Pro D2. Que ce soit pour les joueurs qui seront encore là la saison prochaine, comme pour ceux dont l’avenir est encore incertain, ce flou est gênant.

"Ça m’inquiète oui et non. C’est sûr qu’on aimerait pouvoir discuter avec eux du projet qu’ils aimeraient mettre en place, la stratégie de jeu et comment se préparer, déclare Benoît Baby l’un de ceux qui a resigné avec le club. Mais il reste encore un bon mois et demi avant de vraiment douter de l’arrivée d’un coach. On a des gens suffisamment compétents à la tête du club pour prendre les bonnes décisions et des entraîneurs qui feront en sorte que le club redevienne ce qu’il était".

Benoit Guyot, encore sous contrat, mais qui souhaite évoluer encore au plus haut niveau la saison prochaine raconte comment le vestiaire aborde le sujet: "Chacun essaie de gérer la situation à sa manière. On en parle avec certains, mais pas avec tous. C’est quand même très intime ce genre de discussion. Aujourd’hui, il y a beaucoup de flou, et l’incertitude amène une espèce de précarité. Nous, sportifs de haut niveau, on aime avoir des cadres dans lesquels se projeter, des objectifs et aujourd’hui c’est difficile de ce côté là. Personnellement, je suis libérable après discussion avec le club sachant que je suis sous contrat et donc pas libre. Je ne sais pas concrètement ce que je vais faire. J’ai toujours dit que je voulais jouer dans l’élite, en France ou à l’étranger. Aujourd’hui, je suis curieux de connaître autre chose, des méthodes de travail, d’autres structures. Jamais je ne dirais que c’est une déception si je devais rester à Biarritz. Biarritz m’a donné la chance d’évoluer au plus haut niveau, de m’aguerrir à ce niveau-là et je ne pourrais jamais cracher sur le club. Ce serait quelque chose de très malhonnête".

Contenus sponsorisés