Icon Sport

Top 14, Bordeaux-Bègles-RCT (20-22), l'antisèche- La qualif, ça se complique sérieusement pour l'UBB

La qualif, ça se complique sérieusement pour l'UBB

Le 12/04/2014 à 18:10Mis à jour Le 13/04/2014 à 15:03

En perdant à Oyonnax puis contre Toulon, Bordeaux-Bègles a grillé deux cartouches en vue de la qualification en phase finale. Notre antisèche.

Le jeu: Quand la mêlée de Toulon se met en marche, ce n’est plus pareil

Cette saison, elle n’a pas vraiment été épargnée. Elle, c’est la mêlée de Toulon. Et si le RCT l'a emporté, il le doit vraiment à sa mêlée, qui a largement pris le dessus sur son homologue, privé du si précieux Jean-Baptiste Poux. Les Girondins, portés par le public de Chaban-Delmas, étaient survoltés dès l’entame avec toujours en ligne de mire l'objectif d'accrocher une place en phase finale. L’essai rapide du talonneur Avei (2e) a donné encore plus d’allant et d’envie aux coéquipiers de Matthew Clarkin. Pour le RCT, la touche n’a pas été non plus un secteur à la fête et la copie rendue pas au niveau de ce que l'on peu attendre de cette équipe championne d'Europe en titre.

Seulement, malgré un turnover effectué après le quart de finale de H Cup, les Toulonnais ont prouvé qu’ils avaient les moyens d’aller chercher la victoire chez un concurrent direct. Grâce à sa mêlée, bien sûr, avec un Castrogiovanni qui a marqué au fer rouge le jeune Poirot ou encore Menini puis Chiocci qui ont pris le dessus sur Sa. Dans le sillage de son pack, le RCT a renversé la pression à partir de l’heure de jeu et s’est logiquement imposé grâce à son orgueil. Menés deux essais à zéro à la pause, les hommes de Bernard Laporte semblaient se contenter d'un éventuel bonus défensif. Finalement, ils ont réussi un véritable tour de force. Et les Girondins, euphoriques et surpuissants en début de match, ont fini par plonger physiquement. Ont-ils mal géré leurs efforts ?

Les joueurs: L'apport de Mikautadze et Giteau, Chalmers roi de la touche

Arrivé comme joker médical, le pilier gauche, Alexandre Menini, a été à la hauteur pour sa première titularisation avec le RCT. En mêlée fermée, il s’est montré très solide et a fait souffrir son vis-à-vis Benjamin Sa. Positionné à l’arrière, l’Australien Drew Mitchell a également été très précieux. A noter également les bonnes entrées en jeu de Konstantine Mikautadze et de Matt Giteau. Ces deux-là ne sont pas étrangers à la reprise en main de Toulon. Au centre, Maxime Mermoz a vécu une première période compliquée au même titre que son talonneur Jean-Charles Orioli qui a perdu de nombreuses munitions en touche. Si ces dernières sorties avaient été très satisfaisantes, Frédéric Michalak a eu pas mal de déchet ce samedi notamment avec sa pénalité manquée peu avant la pause ou quelques mauvais choix.

Auteur d'un essai et d'une prestation accomplie comme très souvent cette année, le centre de Bordeaux-Bègles, Félix Le Bourhis n'a pu empêcher les siens de plonger physiquement après l'heure de jeu. Belle activité du troisième ligne de l'UBB, Hugh Chalmers, véritable poison en touche, et de son compère de la deuxième ligne, Jandre Marais, notamment lors du premier acte. Malgré son gabarit de poche, le demi de mêlée Heini Adams n'a pas hésité à donner de sa personne et il a été très inspiré dans la conduite du jeu des siens. Pour le pilier droit, Benjamin Sa, l'après-midi a été longue. En mêlée, il a été pris par Alexandre Menini puis Xavier Chiocci.

Hugh Chalmers - Bordeaux bègles toulon - 12 avril 2014

Hugh Chalmers - Bordeaux bègles toulon - 12 avril 2014Icon Sport

La stat: 1

Retour en grande pompe pour Bryan Habana ! Pour son quatrième match en Top 14 sous les couleurs du RCT, l’ailier a inscrit un essai, son premier dans le championnat français. A la 66e minute, les Varois jouaient au ras avant de partir dans le côté fermé. Juan Smith transmettait main à main à Habana qui filait à l’essai sur le côté gauche. Alors certes, il ne s’agit pas d’une réalisation époustouflante à laquelle le Sud-Africain nous avait habitué mais c’est un signe fort lancé par la star toulonnaise, éloignée des terrains depuis le 7 décembre dernier à cause d’une déchirure à la cuisse.

Le tournant qui n'a pas eu lieu: Bernard manque le break

Cet essai toulonnais de Mikautadze refusé à l’heure de jeu aurait pu changer beaucoup de choses. S’il a piqué les Toulonnais dans leur orgueil, il aurait pu sonner le réveil des Bordelo-bèglais, en vain. Les hommes de Vincent Etcheto ont poussé un grand "ouf" de soulagement, sans réagir. Pierre Bernard bénéficiait d’une pénalité, véritable joker pour ajouter trois points au tableau d’affichage mais surtout donner de l’air à ses joueurs et les rassurer à un quart d’heure du coup de sifflet final. Car à ce moment-là, le score était de 20-12 pour l'UBB. Mais le buteur aquitain échouait, trop court sur sa tentative. Le break était manqué et les Toulonnais allaient finir par passer devant.

Le tweet qui compatit envers Laporte

Suspendu seize semaines après ses propos envers l’arbitre Laurent Cardona, Bernard Laporte est privé de vestiaires jusqu’à la fin de la saison. Ce samedi à Chaban-Delmas, le manager du RCT avait même déserté les tribunes, préférant assister à la rencontre depuis sa chambre d’hôtel. Loin de l’effervescence de la pelouse, Bernard Laporte n’aura sans doute pas caché sa frustration à l’heure de jeu. Après une longue séquence varoise, le deuxième ligne du RCT, Konstantine Mikautaudze, s’étalait à deux mètres de l’en-but adverse et tendait le bras pour aplatir. Son geste ne souffrait d’aucune contestation mais Monsieur Raynal demandait la vidéo. En cause ? Un écran de Noirot sur Madaule qui a empêché le Girondin de défendre. L’essai aussitôt refusé, la décision a déchaîné les passions sur Twitter. Notre confrère de L'Equipe a osé un trait d'humour à ce sujet.

La question: L’UBB peut-elle encore croire à la qualification ?

Mathématiquement, oui. Mais après ce match, l’UBB n’a plus son destin en mains. Malgré ce petit point de bonus défensif, les Bordelo-Bèglais sont sérieusement coupés dans leur élan. Désormais, nul doute qu’ils surveilleront de près les résultats de leurs principaux adversaires à la qualification. A savoir, le Stade français et le Stade toulousain, à égalité de points à la veille de cette défaite face à Toulon. Et le voisin haut-garonnais bénéficie d’un calendrier plutôt favorable. Ce samedi, Toulouse reçoit Brive avant de se rendre à Oyonnax et les hommes de Guy Novès accueilleront enfin des Grenoblois qui n’ont plus grand-chose à jouer dans la compétition. L’avenir ne s’annonce pas aussi clément pour l’UBB… Elle se déplace la semaine prochaine sur la pelouse parisienne de Jean-Bouin face à un Stade français certes diminué mais encore compétitif, candidat direct au Top 6. Toutefois, lors de la dernière journée de Top 14, elle recevra la lanterne rouge, Biarritz. La dernière occasion de décrocher un ticket pour les barrages.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0