Icon Sport

Droits TV du Top 14 - Paul Goze: "On a été correct avec BeIn"

Goze: "On a été correct avec BeIn"

Le 15/01/2014 à 18:00Mis à jour Le 15/01/2014 à 18:09

Paul Goze, le president de la LNR, a estimé n'avoir rien à se reprocher sur l'attribution des droits du Top14 à Canal+ à l'issue d'une négociation de gré à gré.

"On a été correct avec BeIn. Mais je peux imaginer qu'ils ne soient pas très contents, qu'il y ait de l'insatisfaction", a admis M. Goze. La LNR avait en effet décidé dans un premier temps la résiliation de son contrat avec Canal+ et avait lancé un appel d'offres auprès des diffuseurs. Mais, arguant des recours judiciaires déposés par Canal+, la Ligue avait interrompu vendredi dernier le processus... puis annoncé mardi que la chaîne cryptée avait remporté les droits du Top 14 pour cinq saisons et une moyenne de 71 millions d'euros par exercice.

Goze: "Rien de contraire à la règle"

"C'est sûr que BeInSports pourrait dire qu'elle n'a pas eu toutes les chances de pouvoir s'exprimer sur ce dossier", a reconnu M. Goze. "J'ai appelé (les dirigeants de BeInsports) dès la fin du comité directeur" qui a acté cette décision mardi soir, a souligné le président de la LNR. "Ils m'ont dit qu'ils regrettaient, a-t-il poursuivi. Je leur ai dit que le rugby n'était pas que le Top 14 et qu'on pourrait reprendre langue sur d'autres dossiers".

Interrogé sur un éventuel recours judiciaire de la chaîne qatarie contre la LNR, M. Goze a affirmé que la LNR n'avait "rien fait de contraire à la règle" et que le risque portait plus sur "un procès contre Canal+, concernant le droit à la concurrence et l'hégémonie d'un diffuseur". Sollicitée par l'AFP, la direction de BeIn Sports n'a pas souhaité commenter le choix de la LNR. En juillet 2013, Canal+ avait porté plainte contre BeInsports pour "concurrence déloyale", visant notamment le faible coût de l'abonnement proposé au public. Le directeur général de BeIn, Youssef al-Obaidly, interrogé samedi dernier par Le Figaro, c'est-à-dire avant l'attribution des droits TV, avait de son côté menacé Canal+ d'une procédure devant "les autorités de la concurrence". "Canal+ fait tout pour protéger sa position monopolistique", avait-il déploré, dénonçant notamment les recours déposés par la chaîne cryptée contre l'appel d'offres de la LNR.

Contenus sponsorisés