25e journée Top 14 - Sergio Parisse, homme providentiel du Stade français ?

Parisse, homme providentiel du Stade français ?

Le 17/04/2014 à 16:15Mis à jour Le 17/04/2014 à 16:56

De retour après plusieurs semaines d’absence pour cause de douleurs lombaires, le capitaine parisien, Sergio Parisse, retrouvera le terrain ce samedi soir à Jean-Bouin. Il n’a pas rejoué depuis le Tournoi des six nations, et son retour devrait redonner des couleurs à un Stade français en mal de réussite.

"La blessure de Sergio Parisse nous fait beaucoup de mal", confiait la semaine dernière Hugo Bonneval avant le match face à Bayonne. Au vu des derniers matchs, on ne peut que donner raison à l’arrière parisien. Bonne nouvelle pour le Stade français, "Capitaine Sergio" est de retour dans le groupe pour affronter Bordeaux-Bègles ce samedi à Jean-Bouin. Un come back qui arrive trop tard ? Possible, mais un come back accueilli de la meilleure des manières par ses coéquipiers et son staff. "Il apporte de la fraîcheur, de la confiance. Dans les moments comme ça, c’est important qu’il revienne. C’est un meneur", raconte Jeff Dubois. Du haut de ses 30 ans et de ses neuf saisons passées au club, Parisse a une importance capitale dans le vestiaire stadiste, à l’instar d’un Dupuy, toujours blessé. C’est une certitude. Mais c’est avant tout un joueur hors pair.

Papé: "Il a de bien meilleures stats que moi en tant que capitaine"

Sur le terrain, l’international italien (105 sélections) fait l’unanimité. Au ras des rucks, en troisième rideau, parfois même en position d’ouvreur, Parisse est le garant du jeu de son équipe. Capable de percuter, de jouer au pied, de passer après contact… En défense comme en attaque, sa palette est infinie. "C’est l’un des tout meilleurs numéros huit au monde", résume Dubois. A l’image d’un Kieran Read, il apporte du surnombre, crée de l’incertitude. Et sait ralentir la cadence de son équipe lorsque le rythme s’emballe, lorsqu’un temps fort tarde à se concrétiser. "Sur les derniers matchs, on a sûrement manqué de patience", explique Jeff Dubois. La patience, une des grandes qualités de son capitaine, moins sanguin, peut-être plus à même d’analyser une situation que son vice-capitaine, Pascal Papé. "Sergio va apporter son expérience et son leadership, analyse ce dernier. Et puis il a de bien meilleures stats que moi en tant que capitaine", plaisante-t-il. Son apport en touche et sous les ballons aériens sera aussi déterminant.

Dubois: "Il a la gagne en lui"

Lorsqu’on le questionne sur l’influence de son absence lors des dernières rencontres, Parisse refuse évidemment de tirer la couverture à lui: "Il ne s’agit pas d’individualités, mais de postes. Huit et neuf sont des positions très importantes dans l’équipe, et c’est vrai qu’avec Julien on s’entend bien sur le terrain. Mais nos absences, je ne pense pas que ce soient les vraies raisons qui expliquent la baisse de rythme de l’équipe ces quatre dernières semaines". S’il se dit "content de retrouver le terrain", le capitaine parisien a surtout envie de renouer avec la victoire. "Il a la gagne en lui, même si avec l’Italie il ne gagne pas trop", chambre Dubois. 

A l’évocation du match de samedi face à Bordeaux-Bègles, Sergio Parisse se ferme. L’enjeu, la physionomie du match aller (défaite 45-23, ndlr), autant de facteurs qui animent le troisième ligne surdoué: "Le fait qu’ils jouent après la sirène alors qu’ils avaient un bonus offensif acquis, je l’ai vécu comme un manque de respect. On va les recevoir avec beaucoup de respect parce que c’est une équipe qui produit un beau rugby, mais surtout avec beaucoup d’envie. On veut la victoire: quatre ou cinq points, on s’en fout". Les Bordelo-Béglais sont prévenus.

Parisse - Stade français - 8 septembre 2013

Parisse - Stade français - 8 septembre 2013Icon Sport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0