• Maxime MACHENAUD - Racing-Grenoble - 22 mars 2014
    Maxime MACHENAUD - Racing-Grenoble - 22 mars 2014

Le Racing garde ses ambitions, Grenoble les perd

Le

Meilleur en conquête et dans l'occupation, le Racing a décroché une précieuse victoire à Grenoble (13-26) et reste en course pour la qualification. Pour le FCG, les phases finales s'éloignent.

La mise au vert des Racingmen aura finalement porté ses fruits. Mis sous une énorme pression après la victoire bonifiée de Castres (38-6), celles de Montpellier à Oyonnax (8-22) et de l’UBB à Bayonne (22-23), et le nul de Toulouse à Paris (27-27), le Racing-Metro a sorti le gros match au bon moment. Plus puissants et meilleurs en conquête, les Franciliens ont également bénéficié d’un Juan Martin Hernandez retrouvé pour aller chercher les quatre points. Une victoire ô combien précieuse pour les hommes du duo Labit-Travers qui se sont donnés le droit de croire encore aux barrages. Un espoir qu’a pratiquement perdu le FCG.

La dernière action était représentative de la très belle prestation du Racing-Metro dans cette partie tendue au vu de l’enjeu. Réduit à quatorze dans les ultimes minutes, le club des Hauts-de-Seine s’employait en défense pour ne pas céder une seconde fois et laisser un point à son adversaire, bien incapable de percer la muraille. En plus d’être appliqués en défense quasiment tout le match - après avoir été cueillis à froid avec un essai de Buckle (5e) - les Racingmen ont dominé en conquête, sous le sillage d’une mêlée et surtout d’une touche performante, avec un Juandre Kruger gratteur en chef de ballons dans les airs.

Hernandez s’est régalé au pied

Critiqué pour son attaque moribonde, le Racing-Metro comptait beaucoup sur le retour de ses internationaux pour redresser la barre. Une attente auquel le centre gallois Jamie Roberts, auteur d’un essai (25e) et intéressant par sa puissance de pénétration, et Maxime Machenaud, excellent au pied dans des moments clés avec deux transformations et deux pénalités réussies et passeur décisif pour Marc Andreu (68e), ont plutôt bien répondu. De retour de blessure, Juan Martin Hernandez a également montré qu’on pouvait toujours compter sur sa vista pour faire des différences. Impliqué sur le premier essai, il passait deux drops (27e, 45e) et manquait de peu l’offrande au pied pour Adrien Planté, sans une intervention limite de Julien Caminati sur l’ailier du Racing, obligé de sortir sur blessure.

Avec trois défaites en trois rencontres de Top 14, Grenoble est passé du statut de prétendant sérieux aux phases finales à celui de quasi-éliminé qui n’a plus grand-chose à jouer. Tout l’inverse du Racing-Metro, qui s’est offert le droit d’y croire un peu plus avec ce deuxième succès de la saison hors de Colombes. De quoi donner un peu plus de piment au derby face au Stade français samedi prochain.