• Diarra - Castres Brive - 22 mars 2014
    Diarra - Castres Brive - 22 mars 2014

Castres cartonne Brive

Le

Castres a pris sa revanche et corrigé Brive (38-6), glanant même le bonus offensif dans un match accroché et heurté (six cartons dont trois rouges).

Sixièmes et derniers qualifiables avant le début de cette vingt-deuxième journée, les Castrais n’avaient pas d’autre choix que de s’imposer à domicile face à Brive. C’est donc chose faite avec cette victoire bonifiée (38-6) qui permet aux Tarnais de prendre la quatrième place du classement en profitant du match nul entre le Stade français et Toulouse ce samedi après-midi (27-27). Un match maitrisé de bout en bout face à de pâles Brivistes, absents dans le combat et qui ont livré l’une de leurs pires prestations de la saison.

Pour le staff castrais, la motivation d’avant-match était d’ailleurs toute trouvée. Une coupure de presse relatant la déroute du CO au match aller (défaite 34-0) affichée dans le vestiaire, et le tour était joué. D’ailleurs, l’entame reflétait parfaitement ce désir de revanche qui animait les Tarnais. De l’envie, de l’agressivité, concrétisées par un essai d’Antonie Claassen (7-0, 19e) avant que Kockott ne creuse l’écart au pied (16-3, 40e). Application, domination en mêlée, seuls quelques ballons tombés et des passes mal ajustées (10e, 15e) faisaient défaut au CO au moment de tirer un premier bilan.

Brive voit rouge avant de craquer

Le retour des vestiaires n’a pas été très fringuant, avec toujours beaucoup d’électricité dans l’air, trois cartons rouges (Forestier côté castrais, Neveu et Waqaniburotu à Brive), des coups de sifflet incessants de la part de M. Cardona pour tenter de ramener un peu de discipline, et une pluie continue. Bref, la totale. Et puis, des accélérations castraises et trois essais inscrits en fin de match par Grosso (68e), Palis (72e) et Bonnefond (78e), synonymes de bonus offensif pour le CO. Un bonus qui pourrait valoir son pesant d’or au moment de faire les comptes en fin de saison. Car, si la course à la qualification s’annonce serrée, les Castrais auront le désavantage de se déplacer trois fois sur les quatre derniers matchs (à Biarritz, Clermont et Bayonne). Il faudra donc que le champion de France en titre ramène quelque chose de ces périlleux voyages pour défendre son Bouclier au mois de mai prochain.

Est-ce une forme de décompression qui guettent les Brivistes, quasiment assurés du maintien après les défaites de Bayonne et d’Oyonnax ? Peut-être bien. C’est en tout cas l’impression laissée lors de ce déplacement à Pierre-Antoine. Alors qu’ils restaient sur trois bonus défensifs décrochés à l’extérieur, les coéquipiers d’Arnaud Mela ne sont jamais parvenus à rivaliser ce samedi. Les Corréziens devront afficher un autre visage le week-end prochain au moment de recevoir le leader clermontois.