Icon Sport

15e journée Top 14, RM92-RCT (14-3) - Le Racing termine 2013 sur une bonne note

Le Racing termine 2013 sur une bonne note

Le 29/12/2013 à 22:45Mis à jour Le 30/12/2013 à 12:42

Bien plus conquérant et supérieur en touche, le Racing a battu Toulon (14-3) et revient à deux unités du wagon des qualifiables. Douche froide pour le RCT.

Il fallait gagner. La mission des Racingmen était pour le coup assez simple sur le papier. Probablement plus compliquée dans la réalisation. Le Racing Metro a quand même fait tomber le champion d'Europe toulonnais (14-3) à Colombes et se rassure un peu. Toulon ne décroche même pas le bonus défensif et a été trahi par son alignement en fin de partie. En défendant sérieusement et en marquant le seul essai du match, les hommes de Laurent Travers et Laurent Labit ont assuré quatre précieux points dans ce championnat très serré.

On parlait ce dimanche soir de deux équipes avec des stars à tous les étages. Un choc juste avant le passage à l'année 2014. Mais ce Racing-Toulon n'a pas franchement été un sommet de rugby, au jeu léché et extraordinaire. On a plutôt vu du combat, des défenses très dures et de gros impacts. Le Racing Metro, mal en point et toujours dans le doute, avait besoin de gagner à tout prix. Pour se rassurer, mais surtout pour ne pas laisser les autres prétendants s'envoler au classement.

Le contre parfait du Racing

Dans les faits, les avants du Racing ont tenté de mobiliser beaucoup d'adversaires dans les rucks avant d'écarter les ballons. Même si la première mi-temps n'a donné aucun essai, les Franciliens ont voulu se faire beaucoup de passes pour gêner la défense du RCT. Sexton a beaucoup fait travaillé Roberts (remplacé à la mi-temps par Chavancy) et Estebanez au centre du terrain, tandis que Planté et Andreu venaient se proposer à l'intérieur de leur ouvreur. En revanche, ce sont les Toulonnais qui ont franchi le plus souvent. Le tournant du match est peut-être intervenu après le carton jaune de Bakkies Botha (49e).

A 14, les Varois ont subi physiquement. Et c'est Andreu, en bout de ligne, qui venait récompenser cette supériorité numérique du Racing (54e, 14-3). La longue sautée de Sexton vers son ailier faisait suite à un long travail au ras des avants franciliens. En fin de match, Toulon a pourtant eu les munitions pour revenir. A trois reprises (64e, 69e, 72e), le RCT a joué une touche tout près de l'en-but du Racing. Pour trois contres des Ciel et Blanc. A ce niveau, tant de munitions laissées en route coûtent un résultat. Le Racing avait bien ciblé ce secteur et a parfaitement défendu en touche. Voilà qui devrait relancer ce collectif cinq étoiles...

Contenus sponsorisés