Icon Sport

Perpignan en reconquête

Perpignan en reconquête
Par Rugbyrama

Le 17/08/2012 à 09:26

Perpignan, relooké par un changement d’entraîneur et de joueurs, aborde le Top 14 avec de nouvelles certitudes. Loin de la gabegie de l’an dernier. Face à Toulon, il s’agit de valider la mue opérée durant les matchs amicaux.

Aime-Giral retient son souffle. Samedi, à 20h40, son Usap défiera l’armada toulonnaise pour ce qui constitue un choc des plus excitants lors de cette première journée. Amputés de leurs leaders historiques, les Catalans découvrent avec Marc Delpoux un nouveau cadre de jeu qu’il faudra déjà avoir assimilé en grande partie pour sortir vainqueur de ce match face au finaliste de l’an dernier, toujours plus impressionnant, qui aligne des pointures dans toutes les lignes. Une abondance qui fait dire au nouveau manager perpignanais sur le site de l’Usap: "Ils peuvent avoir une épidémie de grippe, ils amèneront toujours autant de stars".

Point de virus cependant ni d’invasion de sauterelles. Seulement la visite de gladiateurs varois avides de titres. Ce qui n’effraie pas pour autant Nicolas Mas, pilier chevronné au discours qui suinte l’envie d’en découdre. Enfin. "On a fait de bons matchs de préparation, on a mis beaucoup d’application mais, sur les matchs amicaux, il est difficile de se motiver. Là le stade sera bondé, nous aurons beaucoup de détermination. Le groupe est prêt. Nous aussi, on a des joueurs qui valent le coup", martèle le capitaine.

Delpoux: "Le nombre de milliers de sélections qu’ils ont"

Si le recrutement des Sang et or est fatalement moins clinquant (comment faire plus qu’avec Michalak, Armitage, Masoe... ?), les nouveaux – parmi lesquels sont susceptibles de débuter Strokosch, Charteris, Narraway, Leo ou Guitoune – semblent déjà bien ancrés dans le schéma défini par Delpoux. Lui le ressent comme tel également en attendant les débuts de Sona Taumalolo: "Le jeu a un peu changé mais tous les joueurs sont sur le même pied d’égalité. On a tous redémarré ensemble. Tous ont assimilé ce que l’on veut faire. Il n’y a pas de décalage entre nouveaux et anciens", assure l’ancien gourou girondin. Sur le plan de l’état d’esprit, ses joueurs semblent arriver à ébullition. "Les joueurs sont un peu nerveux, ce qui est normal car ils ont hâte de commencer le championnat pour se situer. La réalité, on va la découvrir ce week-end". Laissez mijoter encore quelques heures...

En face, Bernard Laporte cuisine sa composition avec des produits de luxe. Maxime Mermoz constituera l’épice en plus. Celle qui relève – s’il le fallait – cette affiche. Lui, l’ancien Catalan qui vient grossir les rangs d’un RCT international. "Il n’y a qu’à regarder le nombre de milliers de sélections (sic) qu’ils ont ! C’est une équipe qui s’est rééquilibrée", saliverait presque Delpoux. Samedi, il ne sera plus question d’admiration. Seulement d’un combat frontal entre deux équipes qui postulent aux joutes printanières.

Contenus sponsorisés