Finale Top 14 2013 - Toulon-Castres - Bernard Laporte (RCT): "On n'est jamais en finale par hasard"

Laporte: "On n'est jamais en finale par hasard"
Par Midi Olympique

Le 28/05/2013 à 18:43Mis à jour Le 28/05/2013 à 18:47

Alors que son équipe vise un doublé historique samedi, si elle bat Castres en finale du Top 14, le manager de Toulon, Bernard Laporte, appelle au respect de l'équipe tarnaise.

Dans quel état se trouve votre équipe ?

Bernard LAPORTE: Tous nos blessés reviennent et réintègrent le groupe. Cela met encore plus de concurrence. La dernière fois, c'était compliqué car il nous manquait un jour de récupération. Là, on a un jour de plus. Cela nous fait du bien.

Craignez-vous une décompression naturelle ?

B.L: Il y a eu beaucoup de décompression après le titre en H Cup mais aussi beaucoup de pression à nouveau pour le championnat.

Comme pour une Coupe du monde, quand on enchaîne un gros quart de finale, une grosse demi-finale, n'est-ce pas la troisième marche la plus difficile à franchir ?

B.L: Ce sont des légendes ça... On dit que le plus dur, c'est la troisième mais Jonny Wilkinson, il dira que c'est la plus facile. Ce sont des matchs de haut niveau qui s'enchaînent. Mais plus tu en joues, plus tu as l'habitude d'en jouer. Ce qui est important, c'est la récupération entre ces rencontres. Aujourd'hui, pour des avants qui ont plus de 32 ans, comme nous en avons quelques-uns, il est vrai qu'il faut soixante-douze heures de récupération pour être tranquille. Ça, c'est évident.

Considérez-vous Castres comme l'une des deux meilleures équipes du championnat ?

B.L: Et depuis longtemps. Cela ne date pas d'aujourd'hui. C'est une équipe qui est régulièrement dans le meilleur carré. Donc elle m'inspire qu'on n'est jamais en finale par hasard. Après, certaines sciences du rugby voyaient Clermont passer facilement. On ne les entend plus parler ceux-là. Ils ne parlent plus de Clermont, ils ne parlent plus de rien. Les matchs, il faut les jouer et respecter les gens qui sont en face. Quelle est la différence entre le septième ou huitième du championnat et le premier ? On ne le sait pas, sincèrement. Il faut qu'on me l'explique. Sur un match, tout le monde peut battre tout le monde.

Contenus sponsorisés