Icon Sport

Bayonne n'a plus le temps

Bayonne n'a plus le temps
Par Rugbyrama

Le 19/09/2012 à 13:34Mis à jour Le 20/09/2012 à 13:39

A quelques jours d’un match décisif à domicile contre Toulouse, le champion de France en titre qui sort d’une défaite cinglante face à l’Usap, l’entraîneur de l’Aviron bayonnais, Christian Lanta veut chasser les doutes qui peuvent s’installer sur son effectif.

L’Aviron bayonnais, onzième, n’a de toute évidence pas encore trouvé son rythme de croisière. Déjà en proie au doute à cause de deux défaites à domicile (contre Clermont, 6-13, en ouverture, et contre le Racing, 18-25, la semaine dernière), les Bayonnais doivent rapidement se rassurer. Problème, ils s’apprêtent à recevoir le champion de France en titre, le Stade toulousain, qui a effectué un non-match sur la pelouse du stade de Montjuic contre Perpignan. Pour ne rien arranger, les Basques n’auront qu’un temps limité pour préparer cette rencontre, qui se jouera le vendredi soir à Jean-Dauger. Un mal pour un bien, selon Christian Lanta, coentraîneur de l’Aviron : "La meilleure des choses, c'est de rejouer très vite, d'éviter de gamberger. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas dresser de bilan, débriefer, cibler ce qui n'a pas marché samedi contre le Racing. La venue du champion de France en titre, le contexte qui entoure cette rencontre, c'est peut-être ce qui peut nous arriver de mieux.", explique le technicien dans une interview diffusée sur le site internet du club.

Un passé lourd

Un faux-départ qui fait logiquement resurgir les doutes de l’année dernière, voire des années précédentes. A tel point que le nouvel encadrement s’est rendu compte qu’il avait pris les commandes d’un groupe meurtri, car fragilisé par les échecs : "C'est un groupe qui est dans la dynamique de la défaite depuis des années », diagnostique le technicien. Avant d’identifier quelques indicateurs indiquant une guérison future: « Ce sont aussi des compétiteurs, la preuve ils s'en sont sortis chaque saison. La remise en question fait partie de la vie de tous les compétiteurs. Même s'il est en difficulté, ce groupe est sain. Il a envie de gagner, d'avoir ce match qui peut le porter vers l'avant."

L’encadrement bayonnais verserait-il dans la psychologie ? Presque. Cette semaine, il s’est efforcé de chasser les doutes de son effectif, et à le faire décomplexer devant l’ogre toulousain, lui aussi en proie en doute : "Nous avons justement essayé de gommer les doutes qui peuvent s'installer. C'est du dialogue avec l'équipe, avec les hommes, c'est par ces choses là que l'on avance. La potion magique n'existe pas, c'est un travail de longue haleine, dans la continuité. On savait que ce début de saison serait compliqué, qu'il fallait en même temps et rapidement gagner des matches. C'est un début de championnat très dur. On doit provoquer les choses, imposer notre jeu. On a à la fois essayé de rassurer et chasser les complexes en rappelant qu'en début de saison dernière ces mêmes joueurs avaient battu Toulouse. C'est un bon point d'ancrage." Des mots pour soigner les maux bleus. Sera-ce suffisant ? Tous l’espèrent.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0