Icon Sport

L'Aviron refait surface

Bayonne retrouve ses esprits
Par Rugbyrama

Le 29/10/2011 à 14:00Mis à jour Le 29/10/2011 à 20:28

Bayonne remporte le match de l'angoisse mais aura bien souffert pour prendre le dessus sur des Catalans irréguliers et dominés en conquête (18-16). Les Basques n'ont pas trouvé de solutions offensivement mais Boyet a assuré l'essentiel au pied. L'Aviron n'est plus relégable. Perpignan s'enfonce.

Dans ce choc de clubs malades, les amateurs de grand rugby ont dû vite passer leur chemin. Mais qu'importe. L'essentiel était ailleurs. À défaut d'être en capacité de proposer du grand rugby, des temps de jeu démultipliés et des essais de quatre-vingt mètres, les Bayonnais (13e avant la rencontre) ont assuré l'essentiel grâce au minimum vital: quatre points sur leur pelouse de Jean-Dauger, en s'appuyant sur un enthousiasme retrouvé. Les Perpignanais, malgré une bonne réaction en seconde période, poursuivent leur chemin de croix.

La première action illustre à merveille ce qui va suivre en première période. Gonflés d'envie, soulevés par un public toujours omniprésent, les Bayonnais emportent dès l'engagement les Catalans jusque sur leur ligne d'en-but. La domination dans le combat frappe les trois coups de la révolte basque. Pas d'essai pourtant à se mettre sur la dent en première période, malgré un Marvin O'Connor particulièrement remuant sur son aile. Les Bayonnais s'en remettent donc à la botte de Boyet, très en réussite (4 sur 4 en première période). En face, Perpignan cherche l'oxygène, à l'image de Henry Tuilagi sorti après trente minutes de jeu. "Fatigué" selon son entraîneur Jacques Delmas... Chahutés en mêlée, inexistants en touche et incapables d'engendrer une quelconque révolte, les Catalans flirtent dangereusement avec l'indigent. Ils se contentent finalement d'une pénalité de Porical, pourtant pas forcément en réussite (1 sur 3 en première période, mi-temps 12-3).

Perpignan réagit, en vain

Les débats s'équilibrent en seconde période. Plus investis dans leur match, les Catalans rivalisent désormais dans le combat et s'offrent même une première occasion d'essai. Il ne leur en faut pas plus. À trente mètre de la ligne d'en-but bayonnaise, l'ouvreur Nicolas Laharrague dépose un coup de pied transversal le long de la ligne de touche. Chouly est le plus prompt pour récupérer le ballon, plonger derrière la ligne et aplatir l'unique essai de ce match (15-13). Les Catalans sont de retour dans le match mais Jean-Pierre Pérez rate l'essai du break (67e). En bout de ligne, le troisième ligne aile emporte Marvin O'Connor avec lui jusque devant l'en-but. Malheureusement pour lui, il commet un en-avant au moment de tendre le bras pour aplatir.

L'Usap a laissé passer sa chance. Avertis, les Bayonnais se retrouvent autour de leur unique secteur sécurisant: le combat. Le match n'y gagne pas franchement en envergure, mais cela suffit pour l'emporter, Porical ne pouvant faire mieux que maintenir l'écart au pied à Boyet. Avec cette victoire (18-16) les Bayonnais éteignent le début d'incendie qui agitait le club cette semaine en coulisses. Pour Perpignan, l'affaire se corse. À la tête du club depuis cet été, Jacques Delmas connaît sa première série négative, avec quatre défaites de rang. Sale temps pour les Catalans.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0