Icon Sport

Huget : "J'ai été naïf"

Huget : "J'ai été naïf"
Par Rugbyrama

Le 18/11/2011 à 11:03Mis à jour Le 18/11/2011 à 11:21

L'ailier international de Bayonne Yoann Huget en finit avec sa supension de trois mois, provoquée par trois "no-shows". Pour Midi Olympique, il est revenu sur ce malheureux épisode et sur son avenir, qui le verra notamment revenir pour le derby basque face à Biarritz le 29 novembre prochain.

Comment vous sentez-vous à quelques jours de votre reprise, trois mois après avoir été suspendu par la FFR pour manquement au règlement antidopage ?

Yoann HUGET: Physiquement tout va bien, j’ai fait ce qu’il fallait pour. Maintenant, il demeure un gros point d’interrogation sur ce que je peux donner en match. Il me tarde de rejouer à partir du 27 novembre car j’ai des fourmis plein les jambes. Surtout les week-ends! Je sens l’adrénaline monter, comme si j’allais jouer. Pour évacuer cette pression et ce surplus d’énergie, je dois patienter jusqu’au lundi. C’est aussi très dur de ne pas entendre mon nom dans l’équipe. Je vis très mal le fait de ne pas pouvoir jouer alors que je suis en pleine forme.

Quand on est rugbyman professionnel, comment peut-on rater trois contrôles antidopage ?

Y.H: Je suis content que vous me posiez cette question. Je venais tout juste de changer de club, passant d’Agen à Bayonne. J’arrivais dans une nouvelle ville avec mon déménagement à régler. Je reçois au mois de juillet 2010 un recommandé de l’AFLD (Agence française de lutte contre le dopage) que je pose sur mon buffet. Je reçois un deuxième recommandé me rappelant de remplir les papiers de localisation. Rémy Martin m’avait prévenu que c’était compliqué et long. Mais je n’ai pas bien fait attention et ai pris ça à la légère. Pour la localisation, j’ai reproduit machinalement des emplois du temps de semaines de match sur un mois entier alors que les semaines changent. Mais surtout, je ne me suis pas préoccupé de mon dossier, qui stipulait que j’avais reçu des avertissements et que je risquais donc la suspension.

Avez-vous été naïf ?

Y.H: Oui car je pensais qu’en discutant avec ma Fédération, après mon troisième avertissement, tout se réglerait. Je trouve qu’il serait quand même mieux que les relations joueur-AFLD ne se passent pas que par des lettres envoyées en recommandé. Je pense qu’il serait bien que l’on explique aux jeunes comment tout cela fonctionne, car c’est compliqué et les enjeux sont importants. Il y a deux systèmes différents, celui de l’IRB et celui de l’AFLD. Il est donc facile de s’emmêler les pinceaux. Mais j’ai une grosse part de responsabilité là-dedans.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Yoann Huget dans Midi Olympique ce vendredi...

Contenus sponsorisés