Midi Olympique

Bayonne porte plainte

Bayonne porte plainte contre Biarritz
Par Rugbyrama

Le 30/11/2011 à 10:18Mis à jour Le 30/11/2011 à 17:00

A l'occasion du derby extrêmement tendu entre Biarritz et Bayonne ce mardi (21-19), le père du troisième ligne biarrot Imanol Harinordoquy est entré sur la pelouse pour défendre son fils lors d'une bagarre. Suite aux excuses de l'intéressé, Bayonne a retiré sa plainte, mais pas celle contre Biarritz

"On est revenu au derby d'antan, avec pas mal de virilité, de provocation, le stade plein...", remarquait Serge Blanco, le président du BOPB, à l'issue du derby qui, comme promis, fut électrique. Sauf que... la ligne jaune a été franchie cette fois. A la septième minute de jeu, une bagarre éclate à l'entrée des vingt-deux mètres biarrots. Celle-ci oppose Jean-Jo Marmouyet, flanker de l'Aviron, à son homologue biarrot, Imanol Harinordoquy. Les coups volent, certains joueurs tentent de séparer les deux hommes... au moment où un tiers se joint à l'échauffourée : ce n'est autre que Lucien Harinordoquy, père de l'international, qui a quitté les tribunes et enjambé la main courante pour venir prêter main forte à son fils. Il est aussitôt mis au sol par l'ouvreur bayonnais Benjamin Boyet, puis reconduit à la hâte hors du terrain par le talonneur biarrot Benoît August.

La scène est si improbable que l'arbitre en oublie même l'action se poursuivant quelques mètres plus loin où le pilier Aretz Iguiniz s'effondre dans l'en-but. L'essai sera finalement refusé par l'arbitre irlandais M. Fitzgibbon. Soixante-treize minutes plus tard, les Biarrots lèvent les bras au ciel, les Bayonnais quittent la pelouse d'Aguiléra la tête basse, accusant un retard de deux points au tableau d'affichage (21-19). Mais les choses ne vont pas en rester là.

"Un événement inacceptable"

A la sortie des vestiaires, l'entraîneur bayonnais Christian Gajan ne cachait pas sa frustration, et qualifiait l'accrochage "d'incident fondamental qui conditionne le reste de la rencontre". Un jugement que chacun saura apprécier, mais les faits sont là. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas plu à certains spectateurs, comme Pierre-Yves Revol, le Président de la Ligue Nationale de Rugby, qui assistait à la rencontre. Choqué par la scène, le dirigeant a déclaré qu'il s'agissait d' une "première dans le rugby professionnel". Par ailleurs, il a indiqué que la Ligue allait "enquêter", rappelant à cette occasion le "règlement sécurité à appliquer".

Michel Cacouault, le Président de l'Aviron bayonnais va même plus loin. Qualifiant dans un premier temps l'évènement d'"inacceptable", l'homme fort bayonnais a publié en fin de matinée un communiqué officiel indiquant qu'il déposait "deux plaintes distinctes à l'encontre du Biarritz Olympique Pays Basque et de M. Lucien Harinodrdoquy". Ce dernier a d'ores et déjà exprimé des remords : "Je veux m'excuser. Je vais faire un communiqué officiel, c'est normal de m'excuser après ce que j'ai fait. Parce que ce que j'ai fait, ce n'est pas normal", a regretté le père du capitaine biarrot dans Sud Ouest. "En deux mots, j'ai été nul, ce ne sont évidemment pas des choses à faire. Je n'ai pas été correct". Suite à ces excuses publiques, le club bayonnais a décidé de retirer sa plainte à l'encontre du père fautif. Toutefois, celui-ci n'est pas à l'abri d'une sanction: le procureur de la République peut poursuivre la procédure, et la LNR va mener son enquête. Le derby basque est peut-être terminé, mais le bras de fer entre les deux clubs ne fait que commencer.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0