Icon Sport

Perpignan sans solution

Perpignan cherche des solutions
Par Rugbyrama

Le 05/12/2010 à 18:31Mis à jour Le 06/12/2010 à 09:28

A Castres, Perpignan a baissé pavillon et s’enfonce un peu plus dans le ventre mou du Top 14 (23-13). Les Catalans, finalistes l’an passé, sont désormais à six unités des places qualificatives pour les phases finales. Une réaction est obligatoire même si les joueurs ne se montrent pas alarmistes.

Les Perpignanais s'étaient fait une habitude de s’imposer à Pierre-Antoine. Ils restaient sur trois succès de rang dans le Tarn et leur président Paul Goze, qui était venu leur parler lundi, avait insisté sur la nécessité d'en ramener une quatrième. Mais ils ne se sont pas donné les moyens de le faire. Pourquoi ? En raison d'une entame de match catastrophique. Menés 17-3 après vingt minutes de jeu et trois essais castrais, ils ont fait preuve d'une apathie déconcertante en début de rencontre. Et malgré une meilleure prestation en deuxième période, ils ne se sont jamais trouvés en position de revenir dans une rencontre dont le scénario était ficelé avant la mi-temps.

Malgré de grosses lacunes en touche (six lancers perdus sur douze), Perpignan avait retrouvé un semblant d’espoir avec l’essai sur interception du centre David Marty (70e, 13-20). L’Usap était alors dans les clous pour ramener au moins le point de bonus défensif... Espoir gâché par une énième faute et une ultime pénalité de Teulet (13-23, score final).

Réunion entre joueurs

A la sortie des vestiaires, l'ambiance était lourde, très lourde. "On a bien cru qu'on allait revenir sur l'essai de Marty, et finalement, on n'empoche même pas le point de bonus défensif", constatait, dépité, le capitaine Nicolas Mas après une réunion improvisée dans les vestiaires. Une entrevue à laquelle le staff n'a pas été convié... Inquiétant ? Les joueurs assurent que non. "Il n'y a pas eu de révolution, si ce n'est le fait qu'on est conscient de la situation dans laquelle on est, et pourquoi on en est là, explique le deuxième ligne Olivier Olibeau dans L'Indépendant. On a peut-être un jeu trop ambitieux et aéré par rapport à notre situation. Il faut peut-être revenir à des choses plus simples et pragmatiques."

Le centre international David Marty ne tire pas la sonnette d'alarme lui non plus. "Il nous manque ce petit brin de réussite depuis le début de saison sur la possession, la maîtrise, mais cette défaite ne nous met pas un coup au moral, assure-t-il. C'est un mach à l'extérieur, on n'est pas si loin du compte que ça et il n'y a pas à être alarmiste sur notre rugby même si on peut l'être un peu sur le classement". Le vice-champion de France est dixième en effet, juste devant le quatuor Agen-La Rochelle-Brive-Bourgoin, qui lutte pour le maintien. Ça fait désordre...

Contenus sponsorisés