Rugbyrama

MHR, le meilleur ennemi

Racing : Montpellier, le meilleur ennemi
Par Rugbyrama

Le 18/05/2011 à 17:40

Avant de retrouver Montpellier dans dix jours en demi-finale du Top 14, le directeur sportif du Racing-Métro Pierre Berbizier a "remercié" le club héraultais qui, par sa large victoire (36-19) sur les Franciliens en début d'exercice, leur a "remis les pieds sur terre" et permis de lancer la saison.

Rappelez-vous, c'était le 20 août dernier... Montpellier avait glané un succès bonifié (36-19) le Racing-Metro au terme d'un véritable festival offensif. C'était le match qui avait lancé l'aventure héraultaise cette année. Mais aussi celui qui, à en croire Pierre Berbizier, avait réveillé les Franciliens, le socle de la belle saison qui a suivi et qui les a vus terminer à la deuxième place au terme de la phase régulière. "On a pris une belle leçon à Montpellier en début de saison, a ainsi déclaré le manager du Racing. Je crois que ça a été la meilleure des leçons, qui nous a tout de suite sensibilisés sur la difficulté de cette compétition. On a compris très vite, peut-être grâce à ce match, qu'il y aurait ce type d'adversaires présents."

" C'est grâce à eux "

Et l'effet de ce lourd revers a donc été salvateur selon Pierre Berbizier : "Beaucoup d'équipes ont pris du retard en début de saison. Je tiens à remercier les Montpelliérains qui nous ont ouvert les yeux sur la réalité du moment et permis de revenir sur du travail, une rigueur qu'on n'avait pas eue ce jour-là. Ils nous ont remis les pieds sur terre. Peut-être que c'est grâce à eux qu'on se retrouve la semaine prochaine." Effectivement, clin d’œil du calendrier, c'est face à cette même équipe, le samedi 28 mai à Marseille (16h25) en demie, que le Racing devra valider son billet pour la finale du Top 14, au bout de seulement deux saisons dans l'élite, alors qu'il s'était arrêté au stade des barrages l'an passé (défaite à Clermont, NDLR).

" Je nous sens très proches "

Et pour le patron du staff francilien, il existe de fortes ressemblances entre les deux formations. Lui dit "se retrouver beaucoup dans le parcours de Montpellier cette année". "Je nous vois et je nous sens très proches, a-t-il ajouté. J'ai l'impression que c'est un peu notre aventure de l'année dernière: sixième et dernier qualifié, un match serré en quart de finale (barrage, ndlr) [...] A la différence que nous n'avions pas eu le droit de disputer cette demi-finale." Il a même poussé les points jusqu'au plan financier : "Il y a moins d'un million d'écart en termes de budget. Économiquement, la différence est minime, d'autant plus qu'ils ont eu par les collectivités un stade gratuit, un centre de formation gratuit... Ils ont pas mal d'atouts et une présence assez conséquente en Top 14, une autre expérience." Sauf que selon les chiffres communiqués par la LNR en début de saison, Montpellier dispose d'un budget de 15,01 millions d'euros contre 18,9 millions au Racing. Une des raisons pour lesquelles le club francilien reste le favori de cette demie...

Contenus sponsorisés