Icon Sport

Lakafia, la bombe à retardement

Lakafia, la bombe à retardement
Par Rugbyrama

Le 12/06/2011 à 15:45Mis à jour Le 12/06/2011 à 15:50

Cette saison a été riche en émotions et en révélations. Dans chaque club, un jeune joueur s'est illustré. A Biarritz, si Raphaël Lakafia a mis un an à exploser, les dégâts furent considérables... Impressionnant durant tout l'exercice, le troisième ligne centre est aussi l'invité surprise du Mondial.

S'il devait n'y avoir qu'une révélation cette saison en Top 14, ce serait lui. Forcément. Incontestablement. Presque oublié l'été dernier, il passera le prochain à préparer la Coupe du monde. Impensable. Hors du commun. Tout comme le parcours et l'ascension de l'intéressé qui l'ont vu en quelques mois s'imposer dans le groupe biarrot, "pousser" Imanol Harinordoquy, le numéro huit titulaire du XV de France jusque-là, sur l'aile de la troisième ligne, et être l'invité surprise de la liste retenue par Marc Lièvremont pour le prochain Mondial. Son nom circulait depuis plusieurs semaines et, même s'il ne compte pas une seule cape, ses impressionnantes prestations sous le maillot du BOPB ont fini par convaincre le sélectionneur. "J'ai appris la nouvelle au cours de l'entraînement que le président a interrompu pour nous annoncer la liste, indique Lakafia quelques heures après avoir appris la nouvelle. Il a dit que le "petit Lakafia" y était. C'est agréable de l'apprendre, d'autant plus par Serge Blanco. J'ai encore peur de me réveiller. A force d'en entendre parler, d'entendre son nom répété, on se dit "Pourquoi pas ?", mais de là à dire que j'attendais mon nom sur la liste, non."

Une année 2009-2010 dans l'ombre

Après avoir évolué à Tours, où il vécu son enfance, passé une saison à Clermont (2005-2006) puis trois brillantes à Grenoble, le joueur avait été retenu avec France A pour disputer la Coupe des Nations 2009. Le début de gloire ? C'est ce que l'on était en droit de penser alors qu'il s'engageait dans le même temps avec Biarritz. Mais sa première saison basque n'a pas été aussi productive qu'espérée. Un apprentissage douloureux : d' abord un surpoids de onze kilos qui ne lui permettait pas de rivaliser physiquement, puis des blessures à répétition. Lui en retient néanmoins du positif : "Tout le monde me parle de cette saison-là comme un échec. Mais je ne vois pas du tout les choses de cette façon. Je considère qu'elle fut la plus importante de ma carrière. C'est comme si j'avais dû réapprendre à marcher...", déclarait-il dans Midi Olympique en décembre.

Finalement, même retardée, son éclosion a bien eu lieu. Et ses qualités d'explosivité, de tonicité et de puissance ont fait un malheur lors du dernier exercice. Dès le mois d'août, elles lui ont offert une place parmi le XV de départ basque. Mieux, Raphaël Lakafia a démontré au fil des matchs une technicité et une science du poste indispensable pour franchir un cap. Surtout, sa capacité à accélérer au contact et à faire jouer derrière lui l'ont propulsé au rang de meilleur troisième ligne centre du Top 14, avec Louis Picamoles. Mais attention, sa saison n'est pas terminée : la plus grande compétition de la planète l'attend. Il peut y être « l'impact player » que la France espère. Au-delà, lui ne compte pas s'arrêter là. Et assurément, c'est au niveau international que son avenir s'inscrit...

Contenus sponsorisés
0
0