Icon Sport

Guazzini prêt à discuter

Bastareaud: Guazzini prêt à discuter
Par Rugbyrama

Le 05/04/2011 à 12:12Mis à jour Le 05/04/2011 à 12:27

Le président Max Guazzini est sorti de sa réserve ce lundi pour évoquer la saison du Stade français. Il a notamment évoqué le cas du trois-quarts centre international Mathieu Bastareaud dont l'avenir est encore incertain malgré le contrat qui le lie au club parisien jusqu'en juin 2013.

C'est le feuilleton du moment ! Le trois-quarts centre international Mathieu Bastareaud et son président Max Guazzini vont-ils trouver un terrain d'entente ? Depuis plusieurs semaines, le joueur, sous contrat avec le club parisien jusqu'en juin 2013, reste énigmatique sur son avenir et envisage une solution pour relancer sa carrière après une saison marquée par son éviction du XV de France et par la nouvelle non qualification du Stade français pour les phases finales du Top 14. "Mon choix est fait" a déclaré Bastareaud la semaine passée à l'AFP, sans pour autant donner plus de détails, même si le joueur avait déjà livré une piste dans Midi Olympique : "Je mentirais si je disais que l'intérêt de Toulon ne me fait pas réfléchir."

Guazzini: "Je ne ferme aucune porte"

Max Guazzini, très distant, jusqu'à maintenant sur ce dossier épineux a choisi de sortir de sa réserve ce lundi sur le plateau du Grand Forum d'Infosport. Si l'emblématique président parisien avait toujours refusé de rencontrer Mathieu Bastareaud et ses conseils pour évoquer son contrat, jugeant qu'il n'avait pas à le faire en raison de l'accord en cours, il semble vouloir apaiser le climat actuel en ouvrant la discussion : "Il a 2 ans de contrat, et à ce jour nous n’avons reçu aucun appel d’aucun club. Jamais Toulon ne nous a appelé concernant Mathieu Bastareaud, c’est clair net et précis, ni son agent, ni personne. Après ils ont peut être appelé le joueur qui a 2 ans de contrat. Ils connaissent pourtant notre téléphone, donc on verra, je ne ferme jamais aucune porte, ni dans un sens ni dans l’autre." Max Guazzini veut éviter un bras de fer, qui pourrait plomber un peu plus la fin de saison du Stade français, en ouvrant une véritable négociation. Reste à savoir si Mathieu Bastareaud voudra écouter les arguments de son président.

Contenus sponsorisés