Icon Sport

Cudmore : Clermont réagit

Affaire Cudmore : Clermont réagit !
Par Rugbyrama

Le 30/12/2010 à 17:25Mis à jour Le 30/12/2010 à 19:11

Jean-Marc Lhermet, vice-président de Clermont, réagit sur notre site après la citation de Jamie Cudmore par la commission de discipline. S'il ne conteste pas le geste du deuxième ligne canadien de l'ASMCA sur Grégory Le Corvec, il ne comprend pas que le geste de Tuilagi sur Rougerie reste impuni.

Coupable d'une agression sur le flanker catalan Gregory Le Corvec (49e minute du dernier Clermont-Perpignan), le deuxième ligne de l'ASMCA Jamie Cudmore a été logiquement cité par la commission de discipline de la Ligue Nationale de Rugby. Il est suspendu à titre provisoire par la LNR, ne jouera pas face à Bourgoin dimanche après-midi et comparaîtra vraisemblablement devant ses juges en fin de semaine prochaine, à Paris. Pourtant, le club auvergnat s'étonne aujourd'hui que le numéro huit de l'Usap Henry Tuilagi, auteur d'un coup de coude sur Aurélien Rougerie en début de match, soit en revanche passé entre les mailles du filet des commissaires de match.

Rougerie à l'hôpital et indisponible

Le vice-président de l'ASMCA Jean-Marc Lhermet s'explique : "On ne conteste pas le geste de Jamie Cudmore, ni sa citation. Mais on ne comprend pas que le geste de Tuilagi, au moins aussi dangereux, voire plus dangereux que celui de notre joueur, n'ait pas été cité par les commissaires de match." A la suite de cette rencontre engagée et remportée au forceps par les Jaunards (22-16), Aurélien Rougerie, "qui souffre d'un gros oedème au niveau du larynx a passé la nuit dans un hôpital de Clermont et sera indisponible au minimum dix jours". Lhermet poursuit : "Le geste de Tuilagi est une agression caractérisée. Les pansements que portent le numéro huit de l'Usap au bras masquant probablement des protège-tibia, on peut imaginer la violence du choc porté à notre capitaine." Un geste qui ne manquera pas de rappeler à Rougerie l'agression dont il avait été victime de la part du talonneur des Wasps Phil Greening en 2002. Gravement blessé au larynx, l'international français avait alors été indisponible durant douze semaines.

Contenus sponsorisés