Icon Sport

Castres freine Biarritz

Castres freine Biarritz
Par Rugbyrama

Le 04/11/2010 à 14:17Mis à jour Le 04/11/2010 à 21:59

Au terme d'un match dominé par le brouillard, le jeu au pied et celui des avants auraient pu faire la différence. Il n'en fut rien et les deux équipes se quittent sur un terne match nul (17-17). Castres réalise toutefois la meilleure opération et Biarritz connait un petit coup d'arrêt.

Ce n'était pas l'enjeu qui a tué le jeu, mais bel et bien le temps ! Alors que l'on pouvait espérer un beau match à Aguiléra, le brouillard était venu se mêler un peu trop vite à la partie. Au point même, qu'aux citrons, la seule question était de savoir si l'on reprenait. Qu'importe, les acteurs y voyaient eux, plus ou moins bien. Avant cela, les Castrais étaient rentrés sur le terrain avec bien plus d'envie que les Basques, qui arboraient un nouveau maillot à l'occasion. Amenés par Tekori et Masoe notamment, les Castrais faisaient mal, sans pour autant marquer d'essais et s'en remettaient, comme souvent, à la botte de Romain Teulet. Sevrés de ballon à cause d'une touche défaillante (cinq pertes de balles), les Biarrots se sortaient difficilement du guêpier tendu par les hommes du duo Labit-Travers. Et il fallait une charge tranchante de Lakafia pour permettre à Yachvili de relever et plonger en terre promise (5-6, 17e).Vingt-troisième minute : premier affrontement direct des packs. Et à ce jeu-là, ce sont bien les Biarrots qui prennaient le dessus, Marconnet faisant notamment très mal à l'appelé Ducalcon.

Un gagne-terrain version Top 14 !

Yachvili et Teulet rajoutaient chacun trois points au compteur de leurs équipes pour atteindre la fameuse mi-temps sur le score étriqué de 9-8 en faveur des Tarnais. Et devant, donc, ces conditions climatiques, on était en droit d'attendre du jeu au pied ! Personne n'était déçu, l'occupation prenant très vite le dessus sur le jeu au large, malgré quelques tentatives esseulées. Sur une mauvaise négociation d'un jeu long castrais, les protégés de Blanco n'assuraient pas, et les Tarnais profitaient du turnover. Les avants visiteurs pilonnaient, et l'on retrouvait Masoe, qui faisait un petit trou. Une libération rapide, et Tekori ne se posait pas de question à trois mètres de la ligne, bien servi par Baï. L'on ne donnait alors que très peu de chances aux Basques de revenir, surtout après la terne prestation en première mi-temps. Mais ces hommes-là ont du caractère, du "chien" même ! Et petit à petit, ils revenaient, ils campaient patiemment dans le camp des Castrais. Ils se permettaient même d'attendre les fautes, ce que les Tarnais offraient trop facilement.

Yachvili, n'ayant rien à envier à Romain Teulet, passait les pénalités les unes après les autres, et la troupe de Jérôme Thion (peu en vue aujourd'hui) se retrouvait devant au score à dix petites minutes de la fin. Mais voilà, à de forts caractères basques s'opposaient... de forts caractères tarnais. Harinordoquy devait quitter ses compères, légèrement blessé a priori, et les Bleu et Blanc n'en demandaient pas tant ! Après une très éprouvante série de pick-and-go sur la ligne biarrote, Teulet se voyait offrir une pénalité salvatrice. Le métronome ne se faisait pas prier pour mettre finalement tout le monde d'accord, ce malgré la trop lointaine tentative de Yachvili sur la sirène. A buteurs égaux, à conquêtes finalement équilibrées (touche pour le CO, mêlée au BO), et à conditions égales : match nul !

Contenus sponsorisés