Icon Sport

Bastareaud fait son deuil

Bastareaud fait son deuil des Bleus
Par Rugbyrama

Le 07/02/2011 à 12:14Mis à jour Le 07/02/2011 à 12:32

Le centre parisien Mathieu Bastareaud a accordé un entretien exclusif à lire dans Midi Olympique ce lundi. Il se livre sans concession pour faire part de ses états d’âme. Il avoue avoir fait son deuil de l’équipe de France et donc du prochain mondial. Il réfléchit aussi à l’intérêt de Toulon.

Mathieu Bastareaud est plutôt du genre taiseux. Le devant de la scène, ce n’est pas pour lui. Mais le centre parisien a accordé un entretien exclusif à Midi Olympique. Pour faire la lumière sur certains sujets qui l’ont blessé au plus profond de lui-même. "Il est vrai que j’ai pris l’habitude de ne pas parler. Beaucoup de monde s’en chargeait très bien pour moi. J’ai laissé couler. Mais trop, c’est trop. Je n’en peux plus d’entendre ou de lire des choses sur moi qui sont fausses".

Comptant neuf sélections en équipe de France, Bastareaud avoue avoir fait le deuil de l’équipe de France. Il n’épargne pas le sélectionneur des Bleus, Marc Lièvremont: "Cela fait six mois que j’en prends plein la figure. Je n’attends pas son soutien, mais s’il a de l’affection pour moi, comme il le dit, un petit geste d’encouragement de sa part n’aurait pas été de trop." Il annonce même n’avoir plus eu de contact avec Lièvremont depuis novembre dernier et un bref coup de téléphone. Le Mondial ? "J’aimerais y être. Mais je me suis fait une raison. J’ai le sentiment d’avoir raté le dernier wagon."

Bastareaud réfléchit pour Toulon

Ne se cachant derrière aucune excuse, le centre du Stade français reconnait être moins performant sur les terrains. "Je suis conscient que mon niveau de jeu, cette saison, n’a rien à voir avec celui des années précédentes. J’en suis le premier déçu. Cela m’attriste". Il réfute d’un revers de main une mauvaise hygiène de vie. "Si c’était le cas, je pense que je serais souvent blessé. Ce n’est pas le cas. Je n’affirme pas que mon hygiène de vie est irréprochable, mais avec celle que l’on me prête, je ne serais pas sportif de haut niveau."

Sous contrat jusqu’en 2013 avec le Stade français, Mathieu Bastareaud ne reste pas insensible aux sirènes toulonnaises. "Je mentirais si je disais que l’intérêt de Toulon ne me fait pas réfléchir. Je vais m’asseoir autour d’une table avec Max Guazzini et Michael Cheika pour parler franchement. S’ils ne sont pas contents de moi, qu’ils me le disent. J’en tirerai les conclusions qu’il faut." Un Bastareaud comme on ne l’avait jamais entendu…

Retrouvez l’intégralité de cette interview en pages 2 et 3 dans le Midi Olympique de ce lundi…

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0