Icon Sport

Nyanga out cinq mois

Nyanga out cinq mois
Par Rugbyrama

Le 19/10/2009 à 17:27Mis à jour

Coup dur pour Yannick Nyanga. Le flanker du Stade toulousain, victime d'une rupture du tendon rotulien du genou droit samedi sur le terrain des Harlequins, sera indisponible durant quatre à cinq mois. Il va se faire opérer mardi dans une clinique toulousaine.

Le verdict est tombé et il n'est pas réjouissant. Yannick Nyanga sera indiponible pour une durée évaluée entre quatre à cinq mois. Les examens médicaux passés par le troisième ligne toulousain dimanche ont révélé une rupture du tendon rotulien du genou droit et une opération chirurgicale est nécessaire. Elle est programmée pour ce mardi matin. Un véritable coup de massue pour le staff médical du club haut-garonnais plutôt optimiste samedi soir dans l'avion qui ramenait les Stadistes après leur victoire face aux Harlequins (19-23) à Londres. Le premier diagnostic se voulait rassurant même si le joueur avait dû quitter la pelouse dès la 12e minute de jeu.

Un joker médical ?

Le joueur âgé de 26 ans connaît sa première grave blessure depuis son arrivée à Toulouse lors de la saison 2005/2006. Jusqu'à maintenant, il n'avait été freiné dans sa progression que lors de la demi-finale du Top 14 en 2008. Entré en cours de jeu face au Stade français, il s'était blessé aux adducteurs et il avait dû renoncer à la finale victoirieuse face à Clermont. En dehors de ce petit incident, l'ancien Biterrois a toujours été un des premiers choix de Guy Novès. Yannick Nyanga a disputé en moyenne un peu plus de 23 rencontres (23,5) de Top 14 lors des quatre dernières saisons. Il en avait notamment joué 26 sur 27 la saison dernière. Même s'il n'est plus sélectionné depuis la Coupe du monde 2007 (dix sélections), le flanker est donc un rouage essentiel des Rouge et Noir.

Face à une indiponibilité aussi longue, Jean-Michel Rancoule, chargé du recrutement, et Guy Novès, le manager général du club toulousain, doivent se réunir ce mardi matin pour étudier l'opportunité de faire appel à un joker médical.

Contenus sponsorisés
0
0