Icon Sport

Montauban respire mieux

Montauban respire mieux
Par Rugbyrama

Le 31/10/2009 à 17:54Mis à jour

Avant une série de trois déplacements, Montauban a mis à profit la venue de Biarritz à Sapiac pour s'offrir une bonne bouffée d'air au classement. Le MTG s'est imposé en toute logique (14-5) face à un petit BO. Les Montalbanais comptent désormais 8 points d'avance sur Bayonne, premier relégable.

Et dire que le BO aurait pu arracher le point de bonus défensif à la dernière minute… En effet, Dimitri Yachvili peut regretter sa transformation manquée après l’essai inscrit en coin par Takudza N’gwenya (79e). Car très franchement, les Biarrots ne pouvaient rien espérer de mieux que ce précieux point. Au contraire, ils ont quitté la pelouse de Sapiac avec la frustrante impression de n’être jamais entrés dans cette dernière rencontre de la 11e journée de Top 14. Ce sont eux qui ont subi de bout en bout l’engagement et l’envie de Montalbanais survoltés. Des Tarn-et-Garonnais bien décidés à prendre un avantage confortable sur la zone rouge avant une série de trois déplacements d’affilée à Montpellier, Bayonne et Toulouse. C’est chose faite. Et c’est amplement mérité.

Dès les premières minutes, les hommes de Marc Raynaud prenaient les commandes de ce match. Dans la brume tarn-et-garonnaise, les éclaircies étaient montalbanaises et Cédric Rosalen, le buteur maison, allumait les premières mèches. Un drop (8e), puis une pénalité (19e) et voilà son équipe déjà devant au score (6-0). Les locaux monopolisaient le ballon et sur leur rares opportunités, les Basques faisaient preuve d’une fébrilité et d’une maladresse étonnantes. En-avants ou mauvaises transmissions s’accumulaient. Les turn-overs en faveur des joueurs du MTG XV également. Leur domination dans les zones d’affrontement et dans les rucks étaient évidente. Une remarquable performance des avants locaux qui leur permettait de gratter un nombre incalculable de ballons au sol dans le premier acte.

Des Biarrots inexistants

Pour ne rien arranger aux affaires biarrotes, Cédric Rosalen réalisait un véritable récital dans l’occupation du terrain au pied. Et c’est à la suite d’une chandelle de ce dernier que la rencontre allait définitivement basculer (23e). Viard disputait le ballon à la réception sur les 22 mètres basques. Un ballon qui atterrissait miraculeusement dans les bras du talonneur Lozupone. Celui-ci, lancé plein champ, feintait la passe pour s’infiltrer entre deux défenseurs et, en toute puissance, terminer sa course dans l’en-but adverse. Le break était fait à la pause (11-0). Au retour des vestiaires, les visiteurs, insipides, voire inexistants jusque-là, affichaient de meilleures intentions dans le jeu mais ne parvenaient toujours pas à maîtriser le ballon glissant. Près de 25 possessions perdues au total et 12 en-avants…

En face, les Montalbanais se contentaient de gérer la seconde période et s’appuyaient sur le jeu au pied toujours aussi efficace de leur maître artilleur. C’est encore lui qui aggravait la marque au tableau d’affichage (14-0, 52e). Et même la touche biarrote, certainement le seul secteur dans lequel les Basques ont rivalisé ce samedi, se déréglait en fin de rencontre. Décidément, l’entame ratée des hommes du manager Laurent Rodriguez les avait inhibés pour le reste de la partie. Et pourtant, ils ont eu l’occasion, à l’ultime seconde, d’effectuer le minimum syndical… Mais même cela, ils n’y sont pas parvenus ! Avec les revers de Toulouse et Castres et le nul concédé par Clermont, l’opportunité était tout de même belle de revenir dans le trio de tête. C’est raté. De leur côté, les Montalbanais ont conforté leur 9e place. Mission accomplie.

Contenus sponsorisés