Other Agency

David brouille les cartes

David brouille les cartes
Par Rugbyrama

Le 26/08/2009 à 08:00Mis à jour Le 08/07/2010 à 15:10

Arrivé en juillet à Toulouse, l'ancien centre de Bourgoin, Yann David, s'impose déjà au sein de l'attaque haut-garonnaise. Il disait avoir signé pour achever sa formation. Après deux matchs de championnat, Yann David paraît surtout parti pour confirmer sa destinée d'international.

En acceptant de payer la clause libératoire fixée par le CSBJ (200 000 euros) pour Yann David, Toulouse pourrait avoir réalisé un investissement à classer dans la catégorie "pari gagnant". Certes, c'est un centre international que le Stade toulousain - 1 sélection dans le Tournoi 2008 contre l'Italie - a accueilli à la reprise en juillet. Mais David (21 ans) n'a pas débarqué à Ernest-Wallon dans la peau d'un cador. A la vérité, le manager général Guy Novès ignorait même que sa recrue avait porté le maillot des Bleus. Et avant la signature de son contrat jusqu'en 2013, David faisait profil bas : "Toulouse est une référence sur le plan du jeu et notamment sur le jeu de trois-quarts. J'ai besoin de progresser que ce soit sur le plan technique ou tactique. Et pour achever ma formation, cela me semble être la destination idéale. Le contexte de concurrence sera parfait pour moi".

Il est allé plus vite qu'il ne s'en sentait capable. Après deux journées de Top 14, Yann David affiche déjà deux titularisations et fut directement décisif sur trois essais.

Contre Brive samedi, son association nouvelle au centre avec Clément Poitrenaud fut très interessante. Rien n'était pourtant évident. Poitrenaud témoigne : "Nous avions peu travaillé notre entente avec Yann David, d'autant que nous avons tous les deux été gênés pendant la semaine d'entraînement par des douleurs au mollet (souffrant d'une légère contracture au mollet gauche, David a d'ailleurs été remplacé après 47 minutes N.D.L.R.). On a joué à l'instinct. Avec Jean-Baptiste Elissalde à l'ouverture, c'était une nouvelle ligne de trois-quarts . Alors, on s'est beaucoup parlé. On a compensé par la communication".

Elissalde : "Il a tout pour réussir"

Il faut donc comprendre que Yann David apprend vite. Dans Midi Olympique ce lundi, ses coéquipiers s'avouaient conquis. Poitrenaud évidemment : "Il a la faculté à passer les défenses, à mettre l'équipe dans le sens de la marche. Petit à petit on va apprendre à jouer derrière lui. Parce qu'au-delà des courses tranchantes, il a la faculté à passer les bras. Il a tout pour s'épanouir, d'autant qu'à Toulouse, il va évoluer dans un contexte plus serein qu'à Bourgoin". Le stratège Elissalde le pressent sur la bonne voie : "Yann, c'est un puncheur. Il a parfois encore besoin de remonter sa garde et d'attendre le moment opportun pour frapper. Mais il est dans la lignée des grands. Il est intelligent, humble : il a tout pour réussir".

Ces dernières saisons, à l'heure des phases finale, la composition du Stade toulousain au centre semblait évidente : Jauzion/Fritz. En 2010, Yann David apparaît en mesure de brouiller les cartes. En attendant, il garde les pieds sur terre. "Je prends progressivement mes repères dans le système de jeu du Stade toulousain. Contre Brive, c'était le retour de nos internationaux et j'ai poursuivi mon adaptation. Cela va venir petit à petit. La communication est bonne, on me parle beaucoup. Je suis heureux d'être ici dans cette nouvelle équipe, dans ce nouveau club, d'évoluer au sein de cette attaque. Je continue mon chemin, je continue à travailler".

Sous les yeux de son petit frère, Yann David s'est mis en valeur à Ernest-Wallon. Mais même si Toulouse a pris les commandes du Top 14 en signant une démonstration, le centre se veut humble avant tout. "On avat à coeur de se racheter après un premier match délicat à Montauban. Nos avants ont fait un match formidable et cela nous a permis d'écarter davantage le jeu derrière. On a su être dangereux sur chaque ballon tombé. On a essayé de faire preuve de réalisme à chaque fois. C'est formidable d'avoir marqué autant de points à cette solide équipe de Brive. Quant à moi, je ne me dis pas que je brouille les cartes. Les internationaux reviennent tout juste. Je veux juste jouer le plus possible. Donner tout ce que je peux et écouter les consignes : prendre des initiatives, faire avancer mon équipe, faire vivre le ballon, créer du jeu et prendre des initiatives". Il ne parle que de plaisir. Mais à ce rythme-là, Guy Novès ne pourra bientôt plus oublier que Yann David est international.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés