Other Agency

Brive broie du noir

Brive broie du noir
Par Rugbyrama

Le 24/10/2009 à 12:09Mis à jour

Déjà au bord de la crise de nerfs, les Brivistes espéraient trouver un peu de répit sur le terrain. Mais ils se sont inclinés à domicile (10-18) samedi face à un Racing efficace, qui s'est appauyé sur la botte de Wisniewski, auteur de tous les points de son équipe. Le CAB s'enfonce...

"Notre meilleur match de la saison." Sébastien Chabal n'y va pas par quatre chemins pour analyser le succès de son équipe en terre corrézienne. Et il est dans le vrai quand il s'agit de qualifier la prestation du Racing cet après-midi. Maîtres de leur sujet, appliqués, solidaires et opportunistes, les hommes de Pierre Berbizier ont logiquement dominé une formation briviste plongée dans la crise après une semaine marquée par la démission de Patrick Sébastien.

Après l'intermède de quinze jours dû aux compétitions européennes, les deux équipes avaient à coeur de reprendre le chemin du Top 14. Mais la pluie a empêché les acteurs de produire un jeu offensif. Ce que le Racing a tout de suite compris, s'employant à proposer un jeu efficace, comme le reconnaissait Chabal après la rencontre."On n'a pas pris de risque, soulignait-t-il. Ce n'était pas formidable, mais efficace." Une tactique payante puisqu'à la pause, les Racingmen viraient en tête grâce notamment à un sans faute au pied de Jonathan Wisniewski (12-10).

Le sans faute de Wisnieswki

Au retour des vestiaires, les Brivistes s'employaient à ne rien lâcher, malgré les quelques sifflets venus des tribunes. Mais les belles intentions étaient rapidement balayées par un trop-plein d'indiscipline et beaucoup d'imprécisions dans les transmissions. Autant de lacunes qui permettaient aux Franciliens de gérer la seconde période avec sérénité. Et comme Wisniewski continuait d'enquiller les pénalités (52e, 68e), pour finir la rencontre avec un 100% au pied (6 sur 6 dans ses tentatives), le Racing empochait logiquement son deuxième succès à l'extérieur de la saison et recollait aux six premières places.

Loin de toutes ces considérations, Brive s'apprête à vivre des jours difficiles. A voir la mine abattue de Christophe Laussucq à la fin de la rencontre, des explications vont avoir lieu à tous les niveaux. Battus pour la quatrième fois de suite, les Corréziens s'enfoncent dans la crise. "Je n'ai plus de solution", avouait même l'entraîneur des avants. Un terrible aveu d'impuissance à un moment ou le club a besoin de toutes ses forces vives.

Contenus sponsorisés