Biarritz, la belle affaire

Biarritz, la belle affaire
Par Rugbyrama

Le 19/09/2009 à 16:45Mis à jour

Toujours aussi coriace et plus réaliste que son adversaire, Biarritz a signé une victoire très importante à Brive (12-15) lors de la 7e journée du Top 14. Les Biarrots effacent ainsi leur défaite à domicile face à Castres. Pour leCAB, en revanche, c'est une bien mauvaise opération...

Avec une cinquième victoire en six ans, on peut désormais dire sans crainte que Biarritz se sent comme chez lui à Amédée-Domenech. Vainqueurs dans la douleur chez des Brivistes en manque de réalisme, les Biarrots enchaînent ainsi avec un troisième succès de rang qui les installe provisoirement dans le trio de tête du Top 14. Ils récupèrent aussi, d'une certaine manière, les points perdus dès la première journée à Aguilera devant Castres. S'il est trop tôt pour dire que le BO conservera cette position et ce dynamisme, on peut en revanche dire que sa saison est lancée.

C'est loin d'être le cas pour le CA Brive qui avait déjà cédé des points à domicile devant Clermont (9-9, 3e journée). Cette défaite, les Corréziens auraient pu l'éviter en profitant d'une supériorité numérique en début de seconde période (15 contre 13). Malheureusement pour eux, la défense des Basques était bien en place. Et quand bien même le premier mur cédait devant l'intenable fidjien Waqaceduadua ou le centre anglais Noon, un Biarrot traînait toujours pour sauver les meubles sur la ligne. Dans cette rencontre sans essai, ce sont avant tout les défenses qui se sont illustré.

Drop étonnant, drop gagnant

Pour les points, on s'en est donc remis à l'indiscipline des joueurs (quatre cartons jaunes) et au talent des buteurs. Il faut dire que la pelouse détrempée ne permettait pas franchement d'envoyer du jeu, ce que les deux formations n'ont pas de toute façon pas pour habitude de faire. L'ex-Briviste Valentin Courrent, qui connait le stade comme sa poche, ne s'est pas privé pour enquiller (5e, 19e, 43e, 56e) et répondre ainsi à l'irrégulier Luciano Orquera (9e, 22e, 37e mais deux autres échecs) ou même à l'improbable drop de... Waqaceduadua (52e), l'homme du moment dans les rangs cabistes.

La différence? Un drop parfaitement réalisé par ce même Courrent (64e), voire, en se faisant l'avocat du diable, une pénalité non-sifflée pour Brive dans les dernières minutes et face aux poteaux alors que Fabien Barcella était clairement à la faute. Les spectateurs ne sont d'ailleurs pas privés de le faire savoir à l'arbitre au coup de sifflet final. Entre insultes et jet d'objets divers, ce dernier a dû sortir sous la protection des stewards. Comme quoi, à Amédée-Domenech, tout le monde ne peut pas se sentir comme chez lui.

Contenus sponsorisés