"Pas important d'être 1er"

Novès: "Pas important d'être premiers"
Par Rugbyrama

Le 29/03/2009 à 10:30Mis à jour

Guy Novès, le manager du Stade toulousain, ne fait pas une priorité du match contre Paris qui pourrait pourtant décider du leadership final du Top 14. L'objectif du club reste le quart de finale de H Cup.

Comment abordez-vous cette rencontre contre le Stade français ?

Guy Novès : Notre objectif reste le quart de finale de Coupe d'Europe (le 11 avril à Cardiff, ndlr), nous avons deux matchs, contre le Stade français puis Brive, deux grosses cylindrées, pour le préparer au mieux. Il faudra gérer ces deux rencontres et faire tourner le groupe. Nous avons à peine trois semaines pour avoir l'équipe la plus compétitive possible.

Cela veut-il dire que ce match n'est pas important ?

G. N. : Non, car si nous le négligeons, nous pouvons tomber de haut. Mais nous avons la tête à Cardiff.

Que vous inspire l'équipe parisienne ?

G. N. : Paris est un des meilleurs clubs français depuis plusieurs années maintenant. On craint tout du Stade français, c'est une équipe complète. Et ils vont venir avec un sentiment de revanche après notre victoire au match aller (26-13, ndlr).

La première place du Top 14 peut se jouer en partie sur cette rencontre...

G. N. : La première place n'a aucune importance. L'an passé, nous avions longtemps été leaders avant d'être dépassés par Clermont. Cela ne nous a pas empêchés d'être champions à l'arrivée. L'essentiel est de rester dans les quatre premiers et de bien gérer la fin de saison. C'est pourquoi une victoire contre Paris n'est pas impérative. Nous avions perdu contre Clermont l'année dernière à domicile avant de les battre en finale. Nous savons que s'incliner dimanche ne remettrait pas en cause notre qualification pour les demi-finales du championnat, alors qu'une défaite contre Cardiff mettrait un terme à notre parcours européen.

Les internationaux, qui sont de retour au club mais certainement usés physiquement, vont-ils être alignés ?

G. N. : Bien sûr, les internationaux vont jouer. Cela fait du bien de retrouver tout le monde mais surtout de travailler enfin dans la continuité et de ne pas voir le groupe exploser toutes les deux semaines. Ils reviennent dans le système de jeu du club après plusieurs semaines en équipe de France. Ils ont besoin de retrouver les repères, de la cohésion mais mentalement, ils sont conscients que chacun devra être sérieux et gagner sa place pour le quart de finale. Pour cela, ils ne peuvent pas rêver mieux qu'un match contre Paris.

Le Stade toulousain a réussi à traverser la période de rencontres internationales sans encombre. Est-ce bon signe ?

G. N. : Oui mais c'est uniquement grâce à la bonne organisation du club. Je suis content de ne pas avoir perdu de points car nous n'avons pas besoin de mettre les internationaux sous pression pour les récupérer. Après, cela ne me convient pas du tout de jouer des doublons. On se plaint mais c'est aussi à cause de cela que nous sommes obligés de faire venir des étrangers.

Byron Kelleher a participé aux entraînements avec ses partenaires cette semaine. Comment va-t-il ?

G. N. : Byron a repris l'entraînement collectif mais il boitille encore. Il faut en passer par là mais le but est qu'il soit opérationnel pour le quart de finale de Coupe d'Europe.

Contenus sponsorisés