Midi Olympique

Le pot de départ

Le pot de départ
Par Rugbyrama

Le 16/05/2009 à 07:15Mis à jour

Pour son dernier match en Top 14, le Stade montois reçoit Toulouse, le champion de France en titre. L'occasion de faire une belle fête dans un stade Guy-Boniface où sont attendus 13 000 spectateurs.

Officiellement relégués depuis deux semaines, broyés le week-end dernier à Clermont (66-3), les Montois ne se considèrent pourtant pas en vacances. Il reste un dernier défi et pas des moindres : la réception du Stade toulousain. Le champion de France débarque au stade Guy-Boniface et le président landais Henri Cazaubon a voulu faire de ce dernier tour de piste en Top 14 une véritable fête. Il ne s'y est pas trompé car le public a répondu présent malgré l'absence d'enjeu sportif : treize mille personnes sont attendues et les places assises ont été prises d'assaut. Une fête qui débutera dès le matin avec un Buzoka déchaîné dans les rues de la ville avant le défilé des vingt-huit sections omnisports du Stade montois.

C'est donc l'effervescence dans les rangs landais et les joueurs veulent offrir une dernière prestation de qualité pour ce match que l'on pourrait qualifier de gala. Les hommes de Marc Dal Maso et Stéphane Prosper ont été assidus aux entraînements pour gagner une place dans le groupe. Tous veulent être sur le pré pour clôturer l'aventure débutée en Pro D2. Deux saisons diamétralement opposées en terme de résultats mais où le facteur humain a toujours eu un rôle primordial. "Notre groupe vient de vivre deux ans extraordinaires. Maintenant, c'est la fin pour certains joueurs" , reconnaît le capitaine Jérôme Dhien qui, malgré les défaites, n'a jamais trouvé sa tâche "difficile. C'était même plutôt facile d'être capitaine de cette équipe."

En aucun cas, les douze mois passés parmi le gratin du rugby hexagonal n'ont été ressentis comme un calvaire ou un long chemin de croix. Joueurs et entraîneurs parlent de l'expérience et des progrès effectués en côtoyant les meilleurs, côté dirigeants, on assure avoir consolider les structures. Et le mot plaisir n'est jamais très loin. "Cela aurait pu être mieux si nous avions gagné plus de matchs, mais je crois que nous nous sommes quand même amusés" assure Jérôme Dhien. Un état d'esprit irréprochable qu'ils veulent faire partager une dernière fois à un stade Guy-Boniface archi-comble.

Contenus sponsorisés