Domingo apprend vite

Domingo apprend vite
Par Rugbyrama

Le 04/06/2009 à 13:00Mis à jour

Vern Cotter a souligné sa prestation face à Toulouse qu'il a qualifié de capitale dans la qualification de Clermont. Le pilier Thomas Domingo s'impose comme une référence malgré son jeune âge et avant de rejoindre l'équipe de France, il veut prendre sa revanche face à Perpignan.

"Si Benoît Lecouls parvient à lancer sa masse à l'impact, il est injouable, qui est plus est lorsque Patricio Albacete est derrière lui. Même s'ils nous ont posés des problèmes sur certaines mêlées fermées, Domingo a su réduire l'space entre lui et le pilier droit toulousain. C'était la clé match", expliquait l'entraîneur clermontois Vern Cotter dans Midi Olympique à l'issue de la demi-finale contre le Stade toulousain. La clé de la rencontre ! Une analyse en forme d'hommage pour le jeune pilier auvergnat Thomas Domingo. Avant ce rendez-vous décisif, le technicien néo-zélandais aurait pu privilégier l'expérience de Laurent Emmanuelli pour évoluer à gauche de la mêlée et ainsi contrer le meilleur droitier de la saison. Il a tenté un pari en préférant miser sur la fraîcheur et l"enthousiasme du joueur de 23 ans.

En partie grâce à la performance de Thomas Domingo, Clermont a donc fait jeu égal avec Toulouse en mêlée fermée alors que l'on craignait que l'équipe auvergnate ne soit grandement dominée dans ce secteur. Et ce match reflète finalement l'ensemble de la saison de celui qui a fête sa première cape en équipe de France le 27 février dernier contre le pays de Galles durant le Tournoi. "Il ne faut plus penser à cette demie et basculer vers la finale. Le match en mêlée ne sera pas le même. Cela n'a rien à voir d'une semaine à l'autre" , prévient l'intéressé. Une mise en garde pour éviter de rester sur les acquis et s'éloigner de toute forme d'autosatisfaction. Elle s'explique aussi par l'humilité du garçon qui n'est pas du style à se lancer des lauriers. "C'est vrai que j'ai beaucoup progressé depuis plusieurs années mais j'ai encore de nombreuses choses à apprendre" , se contente-t-il de noter quand il faut parler de son évolution personnelle.

Domingo : "J'ai une revanche à prendre"

Le pilier, qui a été retenu pour la tournée des Bleus en Nouvelle-Zélande et en Australie, a littéralement explosé aux yeux de la France entière cette saison. Exemplaire en mêlée, il est également très mobile et loin d'être maladroit dans le jeu courant. Des qualités qui lui ont permis de devenir un rouage essentiel du pack clermontois. Et son équipe aura encore bien besoin de lui pour défier la première ligne perpignanaise en finale. Il en a conscience : "Tout passera par le combat des avants. Encore une fois !" . Et Thomas Domingo s'apprête à avoir du travail… "L'Usap a une grosse et belle première ligne. Elle est rude, gaillarde et complète. Elle a beaucoup d'expérience et sait se montrer vicieuse" .

Il fait référence à des joueurs comme Nicolas Mas, Marius Tincu ou Perry Freshwater et leur métier. Même si lui a moins de bouteille, il aura sa folie et son talent naturel à faire valoir. Et malgré son jeune âge, Domingo ne manque pas de vice non plus ! Le joueur clermontois se rappelle aussi que sa première contre l'Usap avait été plutôt délicate. Et il tient à remettre les choses au clair : "A mes débuts professionnels, lors de la saison 2007-2008, cela ne s'était pas très bien passé contre Perpignan. Je jouais en face de Sebastian Bozzi et j'avais été chahuté. C'est le moins que l'on puisse dire. J'ai donc une revanche à prendre face à cette première ligne" , prévient –il. Ça promet un sacré affrontement !

Contenus sponsorisés
0
0