Clermont, triste tiercé

Clermont, triste tiercé
Par Rugbyrama

Le 09/06/2009 à 14:15Mis à jour

Avant-dernier épisode de notre bilan de la saison, club par club. Place à Clermont, finaliste malheureux. Après un début difficile, les Auvergnats ont trouvé leur rythme de croisière en janvier pour finir en grande forme. Ils ont pourtant trébuché sur la dernière marche... pour la 3e fois de suite.

TOUR D'HORIZON

La saison des Clermontois restera marquée par la troisième défaite consécutive en finale, contre Perpignan. Ils partaient pourtant favoris cette fois, mais la "malédiction" a encore frappé. Contrairement à l'année précédente, ils ont dû aller chercher très loin leur qualification en phases finales. Car les choses ont mis du temps à démarrer pour eux. L'ASMCA a patienté près de quatre mois avant de retrouver le jeu spectaculaire et efficace qui la caractérise. Dès l'entame du championnat, le 26 août, elle s'incline à Toulon 16-22. Le début de longues semaines de doutes et d'interrogations, marquées par deux défaites à domicile contre Sale en H Cup, puis Montauban. Le déclic a lieu à Thomond Park quand, à 14 durant la majeure partie de la rencontre, les Auvergnats passent près de l'exploit contre le Munster (13-23). Ensuite, les résultats sont revenus. Et la confiance avec. Malgré une élimination prématurée en phases de poules européennes, les Jaunards terminent finalement troisièmes du Top 14 et battent Toulouse en demi-finales. On connaît la suite.

LE TOP : La remise en question du milieu de saison

Les Clermontois ont eu du mal à se remettre de leur deuxième défaite consécutive en finale de Top 14. Le début de saison est difficile. L'équipe balbutie son rugby, ne parvient pas à se (re)trouver et s'inclinent deux fois en deux semaines à domicile. Puis, vient le déplacement au Munster mi-décembre. On promet l'enfer aux Clermontois qui, au contraire, inquiètent les Irlandais jusqu'à la dernière seconde. "Il s'est passé quelque chose à Thomond Park. Nous n'avions plus rien à perdre et nous avions fait un match énorme à 14", témoigne le talonneur Mario Ledesma. Les joueurs demandent à être responsabilisés et Cotter accepte. L'équipe retrouve alors son allant, sa superbe et son efficacité. James, meilleur réalisateur de la saison, entame une série de 41 coups de pied réussis consécutivement et Nalaga bat son record d'essais marqués (21 réalisations). Clermont est de nouveau là. Le club auvergnat a su trouver les ressources pour renaître après un début de saison compliqué.

LE FLOP : La "dix repetita"

Samedi au Stade de France, Clermont a perdu sa dixième finale de championnat, la troisième d'affilée. Il faut remonter à 1907, avec une mauvaise série du Stade français, pour trouver la trace d'une aussi grosse déconvenue. Les Auvergnats partaient pourtant favoris cette fois. C'était eux l'équipe en forme du championnat à la fin de la saison régulière et ils avaient acquis une expérience précieuse lors des deux finales précédentes. Pourtant, ils ont encore trébuché. Malgré une bonne entame, ils ont arrêté de jouer et laissé l'Auvergne dans l'attente inexorable d'un Brennus qu'elle n'a jamais vu. Hagards après le match, ils ne trouvaient pas d'explications. "Peut être qu'on est paralysé quand on arrive en finale", avouait Floch. "Avec l'expérience qu'on a..., objectait de l'autre côté Mignoni. Et on retombe quand même dans nos conneries".

LE JOUEUR : Napolioni Nalaga

LA REVELATION : Thomas Domingo

Le pilier clermontois, qui a été retenu pour la tournée des Bleus en Nouvelle-Zélande et en Australie après avoir débuté sous le maillot bleu durant le dernier Tournoi des 6 Nations, a littéralement explosé aux yeux de la France entière cette saison. Exemplaire en mêlée, il est également très mobile et loin d'être maladroit dans le jeu courant. Des qualités qui lui ont permis de devenir, à seulement 23 ans, un rouage essentiel du pack auvergnat. Il avait été l'homme de la demi-finale contre Toulouse, durant laquelle il était parvenu à museler Benoît Lecouls en mêlée fermée. "La clé du match", avait affirmé son entraîneur Vern Cotter après la rencontre.

L'AVENIR

L'avenir pour l'ASMCA s'inscrira avec l'entraîneur néo-zélandais Vern Cotter, qui a affirmé lundi dans Midi Olympique qu'il était "trop fier pour démissionner" et qu'il "n'abandonnera pas" son équipe après ces trois finales perdues. Il y aura tout de même du changement dans l'équipe. En effet, c'est un peu la fin d'une époque à Clermont : des cadres du groupes tels que Pierre Mignoni ou Laurent Emmanuelli ont décidé de quitter le club. Sept nouveaux joueurs feront leur arrivée. Des joueurs de classe internationale, à l'image de Jason White, Jaque Fourie ou Morgan Parra. Le but principal des Auvergnats en 2009-2010 sera bien sûr de ramener le premier Brennus de l'histoire du club. Une qualification en phase finale de H Cup est aussi un objectif pour l'ASMCA.

LES CHIFFRES CLE

Attaque : 1ere (754 points)
Défense : 2e (367 points)
Domicile : 1er (57 points)
Extérieur : 4e (26 points)
Meilleur réalisateur : Brock James (324 points)
Meilleur buteur : Brock James (294 points)
Meilleur marqueur : Napolioni Nalaga (21 essais)

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0