Bayonne, cap sur l'Europe

Bayonne, cap sur l'Europe
Par Rugbyrama

Le 18/04/2009 à 11:20Mis à jour

L'Aviron a régalé Jean-Dauger samedi en dominant largement une pâle équipe de Bourgoin (61-10). Les Bayonnais reprennent la 5e place du classement et se replacent dans la course à l'Europe. Bourgoin, pour sa part, connaît un coup d'arrêt.

Ils étaient attendus au tournant par tout un peuple. La défaite à domicile encaissée il y a quinze jours face au voisin biarrot était restée en travers de la gorge des Bayonnais. La mission était simple: sauver l'honneur pour espérer encore se qualifier la saison prochaine en H Cup. Et sans être mauvaises langues, le défi proposé aux Basques avant ce match semblait largement à leur portée. D'autant plus que, mis à part ce faux pas face à Biarritz, personne n'avait encore cette saison réussi à faire tomber les armes aux Bayonnais dans leur antre de Jean-Dauger. Intraitables à domicile, les hommes du trio Mentières-Dourthe-Coyola l'ont été une nouvelle fois face à Bourgoin. Et de quelle manière!

En titularisant, Craig Gower pour la deuxième fois de la saison à l'ouverture, le staff bayonnais espérait redonner un peu d'allant à une équipe habituée à une certaine routine depuis quelques matchs. Ce choix s'est avéré payant tant les Ciel et Blanc ont fait preuve d'initiatives sur cette rencontre. Pétillants, audacieux et ambitieux, ils ont éclaboussé cette partie d'un incroyable dynamisme et d'une folle détermination. Et que dire du trio d'attaque Peyras-Bolavoku-Fall? De tous les bons coups ou presque, ces trois-quarts là ont littéralement mis dans le rouge la défense iséroise, qui, malgré un bon début de match, n'a jamais tenu la distance face aux dynamiteurs basques.

En retard physiquement, Bourgoin, qui restait sur deux victoires de rang dans ce Top 14, devait se rendre à l'évidence: les éclaircies entrevues au début du printemps ont finalement laissé la place aux maux chroniques du début de saison. En manque de liant et bien trop attentistes, les hommes de Xavier Péméja, usés, ballotés, torturés dans tous les compartiments du jeu, ne pouvaient pas espérer une autre issue.

Quadruplé de Gerber

La victoire de Bayonne est claire comme de l'eau de roche. Tout comme la classe du centre Sam Gerber. Auteur d'un quadruplé (9e, 22e, 40e, 77e), le Sud Africain aux accélérations dévastatrices et aux crochets assassins a laissé ses homologues berjalliens sur le carreau et a permis aux siens de s'imposer largement (61-10) avec, cerise sur le gâteau, un appréciable bonus offensif.

Les Bayonnais sont donc rassurés. Eux de qui l'on doutait il y a quelques temps encore de la capacité de tenir la distance. Face à Bourgoin, ils ont fait taire les plus pessimistes et prouvé qu'ils avaient encore de nombreux arguments sous la pédale pour aller chercher le billet qualificatif pour la Coupe d'Europe. C'est désormais une certitude, Bayonne est cette saison taillé pour la haute mer. Avec son pack monolithique et ses trois-quarts électriques, l'Aviron bayonnais semble en mesure de réaliser ses rêves les plus fous et se positionne à la cinquième place de ce Top 14.

Pour les Berjalliens en revanche, c'est la soupe à la grimace. Après avoir atomisé Dax (43 à 6) il y a quinze jours, ce sont aujourd'hui eux qui doivent affronter la migraine de la défaite. Une défaite qui, même si elle ne menace pas directement le CSBJ, pourrait lui laisser bien des regrets en bout de course...

Contenus sponsorisés
0
0