Midi Olympique

Banco pour l'Usap

Banco pour l'Usap
Par Rugbyrama

Le 31/08/2008 à 15:15Mis à jour

Premier déplacement et première victoire à l'extérieure pour Perpignan qui s'impose à Bourgoin (22-16) pour la deuxième année consécutive.

Le succès des hommes de Jacques Brunel est loin d'être un hold-up. Les Sang et Or, malmenés lors des entames des deux mi-temps, approximatifs en conquête pendant une heure, ont livré le match parfait pour s'imposer à l'extérieur. Se contentant de faire le dos rond, de limiter la casse, pendant les périodes de domination des locaux, ils ont su être patients et ont sagement attendu leur tour.

Rapidement menés 7 à 0 après un essai rageur du berjallien Thomas Genevois, les Catalans étaient rapidement dépassés par les événements. Incapables de mettre la main sur le ballon en raison d'un rendement en touche catastrophique, ils se contentaient de contrôler les assauts isérois. Des vagues locales puissantes dans les premières minutes mais qui se sont trop vite essouflées. Dans cette tempête du début de partie, cette accalmie donnaient de l'espoir à des visteurs loin d'être découragés.

Il ne manquait plus qu'un petit coup de chance pour relancer complètement les Perpignanais. C'est finalement l'arrière Philip Burger qui provoquait le destin. Sur un coup de pied de dégagement de Boyet, il récupérait le ballon, tapait au dessus de la ligne défensive et profitait d'un rebond favorable pour inscrire le premier essai visiteur. Un exploit personnel qui permettait aux Usapistes de mener à la pause (11-7)

Chassé-croisé

Mais l'avance était bien maigre tant l'Usap cafouillait en touche. Une défaillance inquiétante dans ce secteur si important. Et puis, Eric Catinot et Xavier Péméja ont su trouver les mots pour remobiliser les joueurs berjalliens. Au retour des vestaires, le CSBJ des vingt premières minutes était de retour sur la pelouse et Perpignan pouvait trembler. En sept minutes, Benjamin Boyet, grâce à deux pénalités, plaçait de nouveau son équipe en tête. L'affaire semblait alors entendue. Bourgoin, avec ce surplus d'envie et sa hargne retrouvée, pouvait voler vers son premier succès de la saison.

Mais le scénario du premier acte se reproduisait à l'identitque. Perpignan marquait trois points sur sa première incursion dans le camp adverse (pénalité de Laharrague après un plaquage haut sur Candelon). Bourgoin se mettait à douter, laissant jouer une Usap bien meilleure en conquête.

Côté chance, elle tournait toujours en faveur des visiteurs. Benjamin Boyet faisait travailler l'arbitre vidéo pour un drop litigieux (51e) et finalement refusé, puis il réussissait une pénalité mais les juges de touche ne levaient pas leurs drapeaux (59e). Enfin, l'ouvreur isérois devait sortir sur blessure (61e).

Un final à suspens

Morgan Parra permettait aux siens d'espérer une fin heureuse en réussissant une pénalité (61e) qui donnait deux points d'avance au CSBJ. Malheureusement pour les locaux, la fin de la seconde période était à sens unique. Comme en première mi-temps, les Catalans monopolisaient le ballon et se procuraient beaucoup d'occasions même si l'impatience, notamment de Candelon, n'était pas le bienvenue dans cette fin de rencontre à suspens.

Finalement, Meyer redonnait un point d'avance aux Catalans grâce à une pénalité depuis les quarante mètres. En toute fin de rencontre, Jean-Philippe Grandclaude, très actif pendant les 80 minutes, tapait dans un ballon perdu par Frier, et Planté pouvait aplatir l'essai de la victoire juste avant la sirène.

Perpignan, avec deux victoires en deux journée, se positionne dans le quatuor de tête. Ce n'était pas forcément évident après les matchs amicaux. En revanche, Bourgoin n'a pas su confirmer les belles promesses biarrotes et les Isérois sont déjà en difficultés dans ce championnat.

Contenus sponsorisés
0
0