Goze remplace Dagrenat

Goze remplace Dagrenat

Goze remplace Dagrenat
Par AFP

Le 07/08/2007 à 11:45Mis à jour

Paul Goze a été élu nouveau président de l'USAP lundi à Perpignan, en remplacement de Marcel Dagrenat, lors d'une assemblée générale qui s'est tenue lundi soir.

L'assemblée générale de la SASP USAP (Société anonyme sportive professionnelle de l'USAP) a d'abord voté la destitution de 8 administrateurs, dont Marcel Dagrenat, président contesté qui a été dépouillé de toutes les responsabilités qu'il avait à l'intérieur du club et de ses structures commerciales. Après l'élection de 8 nouveaux membres, le conseil d'administration a élu Paul Goze, ancien deuxième ligne de Perpignan, âgé de 56 ans, président du club.

L'assemblée générale de la SASP avait été précédée d'une réunion de la holding "USAP per sempre" qui détient 76% des parts de la SASP. C'est un renversement de majorité dans cette holding, 53,5% ayant voté contre Marcel Dagrenat, qui était absent de l'AG, et ses derniers partisans. Paul Goze, qui a déjà été président de l'USAP il y a une quinzaine d'années, a indiqué devant l'assemblée générale, que la nouvelle équipe qu'il préside "fera tout ce qu'il sera possible de faire pour que l'USAP maintienne et améliore ses performances ".

Paul Goze veut améliorer les performances

"Je suis venu pour la première fois au stade avec mon grand-père, abonné depuis toujours, j'avais 6 ans et cela fait 50 ans, je suis profondément Usapiste", a-t-il déclaré. Un représentant de supporters a demandé que la nouvelle direction retire les plaintes contre ceux qui avaient proféré des menaces et s'en étaient pris, depuis fin juin, aux voitures ou aux biens des membres de la nouvelle équipe. "Il faut laisser passer la justice", a indiqué le nouveau président. "Nous verrons ensuite ce que sera la position de l'USAP et des victimes", a-t-il dit. Paul Goze a cependant indiqué qu'il allait "tout faire pour que reviennent le consensus et la sérénité à l'USAP (...) il est grand temps que tout s'apaise, pour que l'on parle de sport ".

"Le club doit rester à l'ensemble de ceux qui le supportent, l'USAP n'est pas à moi, je ne suis qu'un maillon dans une chaîne qui dure depuis une centaine d'années", a-t-il conclu. Trois personnes, un des anciens administrateurs destitué lundi, et deux responsables de groupes de supporters, ont été mis en examen samedi et placés sous contrôle judiciaire après les menaces de mort contre des membres de la nouvelle majorité et d'exactions contre leurs biens. Un second administrateur, également destitué lundi, avait été placé en garde à vue et était entendu par la police lundi après-midi, selon plusieurs actionnaires du club.

Contenus sponsorisés
0
0