Icon Sport

Ntamack, ni show ni froid

Ntamack, ni show ni froid
Par Jeremy Fadat via Midi Olympique

Le 06/03/2021 à 17:57Mis à jour Le 07/03/2021 à 00:53

TOP 14 - Ce samedi, l’ouvreur de Toulouse et du XV de France Romain Ntamack a retrouvé les terrains après plus de deux mois d’absence. Forcément en manque de rythme et de repères, il n’a pas toujours été à son aise mais il a su monter en puissance au fil du match et se rassurer défensivement. Des signaux assez positifs pour le staff des Bleus ? À voir.

Il était la cible de tous les regards ce samedi après-midi. Victime d’une double fracture de la mâchoire fin décembre contre l’Union Bordeaux-Bègles, le Toulousain Romain Ntamack effectuait son retour à la compétition contre Brive. Prêt physiquement après avoir retrouvé l’entraînement collectif une dizaine de jours plus tôt, l’international français a ainsi débuté la rencontre avec le numéro 10 dans le dos.

À une semaine du déplacement en Angleterre pour le XV de France, qu’il pourrait retrouver ce dimanche, quel premier bilan tiré de ce "come back" ? Il est mitigé. Mais comment pourrait-il en être autrement… "NTK" était forcément en manque de rythme et de repères, ce qui s’est ressenti dans l’entame de la rencontre. "Il a disputé 68 minutes en tout, c’est donc positif, juge son entraîneur de la défense Laurent Thuéry. Il avait besoin de se rassurer. L’équipe n’était peut-être pas très alerte et pas assez éveillée pour le mettre dans les meilleures dispositions en début de match."

Ce qui peut expliquer ses deux premiers échecs au pied, sur des pénalités pourtant en bonne position. Dans la foulée, l’ouvreur a alterné le chaud et le froid mais n’a jamais paniqué pour autant et a continué à prendre ses responsabilités. "C’est Romain, sourit son partenaire Yoann Huget. Il a fait ses erreurs mais il est toujours resté impliqué dans son match."

Huget : "L’équipe de France en a besoin"

C’est d’ailleurs à souligner. Au retour des vestiaires en deuxième mi-temps, il a notamment tapé le coup d’envoi directement en touche, ce qui aurait pu le déstabiliser. Il n’en fut rien et il a redressé la barre ensuite. "Il a été à l’image de l’équipe et il a retrouvé ses automatismes petit à petit", note Thuéry. À noter aussi son deux sur quatre face aux poteaux et surtout une occupation au pied globalement intéressante.

Sinon, hormis une initiative magnifique de second acte qui l’a vu prendre un intervalle et servir Matthis Lebel qui, en position de marquer, a échappé le ballon, Romain Ntamack s’est montré plutôt sobre. Logiquement pas encore à son meilleur niveau, mais sérieux. Une bonne nouvelle pour les semaines à venir. « Je l’ai trouvé très fort en défense, ce qui est à souligner quand on revient d’une double fracture de la mâchoire, insiste Huget. Il a envoyé de bons signaux et il est prêt à partir à Paris. » Alors, après le retour à Ernest-Wallon, celui à Marcoussis ? Huget répond en se marrant : "L’équipe de France en a besoin et il a été testé négatif !"

Assez de garanties pour Twickenham ?

En réalité, il fait peu de doutes que l’intéressé sera sur la liste des 31 convoqués pour préparer le match à Twickenham. Mais il demeure une interrogation : reprendra-t-il la conduite du jeu des Bleus, lui qui est le premier choix de Fabien Galthié et de son staff, ou Matthieu Jalibert assurera-t-il encore cette mission le week-end prochain ? La tendance des derniers jours était à ce que Ntamack retrouve sa position naturelle dans la hiérarchie, à condition de rassurer sur son état de forme ce samedi.

Sur ce point, il n’a pas totalement convaincu mais a tout de même apporté quelques garanties. Suffisamment pour commencer un rendez-vous international d’une telle importance ? "Ce n’est pas à moi de le dire mais je sais qu’il s’est entraîné dur avec cet objectif en tête, avance Huget. Il ne l’a pas caché, il l’a même clamé haut et fort. Cela prouve son caractère et ses ambitions. Je n’ai aucun doute, si on fait appel à lui, qu’il répondra présent. Romain est un professionnel accompli malgré son jeune âge. Quoi qu’il arrive, il sait être dans sa bulle et avancer." Reste à connaître la prochaine étape.

Contenus sponsorisés