Icon Sport

Ce qu'on veut voir l'année prochaine : une lutte impitoyable pour le maintien

Ce qu'on veut voir l'année prochaine : une lutte impitoyable pour le maintien
Par Rugbyrama

Le 17/07/2021 à 17:59Mis à jour

TOP 14 - Jusque dans les ultimes secondes de la dernière journée du Top 14, la lutte pour le maintien aura tenu en haleine Palois et Bayonnais. Si la Section s’est finalement offert la sacro-sainte 12e place après 26 journées de combat, le bas de tableau devrait cette saison être plus relevé. Quatre candidats se dégagent pour échapper aux deux dernières place.

Les stars pour les promus…

"Chaque point compte". L’adage est connu et reconnu de tous les clubs de l’Élite, mais pour les candidats au maintien, la formule est presque vitale. L’arrivée de deux promus au fort caractère cette saison pourrait bien donner à cette lutte implacable une dimension héroïque. Perpignan et Biarritz sont de retours au sommet et préparent leur opération maintien à grands coups de signatures.

Les Catalans ont recruté 12 joueurs dont les Argentins Bautista Delguy et Martin Landajo ou les expérimentés piliers Arthur Joly et Sami Mavinga. Mais la plus belle signature reste de loin la prolongation de Melvyn Jaminet pour au moins deux saisons à Perpignan. Un diamant qui ne cesse d’éblouir en Australie, sous le Bleu de France. Sur l’Atlantique, le BO s’arme à vitesse grand V. James Cronin, Tevita Kuridrani, Tomas Cubelli, pour ne citer qu’eux débarquent à Biarritz dès cet été.

Séduisants toute la saison dernière, l’Usap et le BO ne sont pas de simples promus et ont chacun une motivation différente de rester dans l’Élite. Avec les prolongations de Steffon Armitage ou Francis Saili, les Basques haïssent l’idée de faire l’ascenseur, sept ans après leur descente en Pro D2. Les Catalans, qui ont déjà connu cette désillusion en 2019, veulent effacer d’entrée leurs vieux démons. Dès la 2e journée Biarritz et Perpignan s’affronteront d’ailleurs à Aimé-Giral, de quoi donner un premier ton.

Si ces deux historiques du championnat ont toutes les raisons de croire en leur bonne étoile, les expérimentés palois et brivistes attendent les premières joutes, avec plus de discrétion.

… la force de l'expérience pour les maintenus

Le couperet était passé tout près. Dans les arrêts de jeu de la dernière journée de Top 14, Matt Philip avait donné le maintien à la Section grâce à un essai rédempteur. Toute la saison, les Palois avaient bataillé face à Bayonne pour éviter les barrages et s’en sont finalement sortis, au bout de dix mois d’apnée. En Top 14 depuis 2015, la Section se prépare à nouveau à une saison rude, après les départs de nombreux cadres.

Lourens Adriaanse, Baptiste Pesenti, Matt Philip, Antoine Herbani, Watisoni Votu ou Jesse Mogg ont tous fait leur valise à l’issue de la saison passée. La Section a souhaité régénérer son groupe avec 14 recrues à 25 ans de moyenne d’âge. Parmi elles, le talonneur Youri Delhommel, l’ancien Bayonnais Guillaume Ducat ou l’Australien Jack Maddocks devront reprendre le flambeau laissé par les anciens palois. L’ouvreur Antoine Hastoy est aussi attendu au tournant pour soulager ses supporters dès le début du championnat... avec un déplacement à Brive lors de la troisième journée.

Top 14 - Guillaume Ducat (Bayonne) face au Racing 92

Top 14 - Guillaume Ducat (Bayonne) face au Racing 92Icon Sport

Si l’ossature de l’équipe reste bien stable au CAB, les hommes de Jeremy Davison s’avanceront comme chaque année sans avoir l’étiquette de favori dans le dos. Et pourtant, les Brivistes ont été intraitables face à leurs concurrents directs la saison passée. Face à Pau et Bayonne, les Corréziens n’ont jamais perdu et ont signé des victoires spectaculaires à Castres ou face à Montpellier.

Sans les paillettes de la côte Basque ou de la Catalogne, le CAB devrait une fois encore, tenir son rang d’équipe résiliente et rugueuse. Cela tombe bien, Perpignan se rend en Corrèze dès la première journée pour une rencontre déjà décisive.

Par Clément Labonne

Contenus sponsorisés