Vidéo - Lafond : "Oui au petit par-dessus de Jalibert, non aux gros pardessus"

01:41

Galthié : "Jalibert confirme tout le bien que l'on pense de lui"

Galthié : "Jalibert confirme tout le bien que l'on pense de lui"

Le 20/11/2022 à 17:22Mis à jour Le 21/11/2022 à 23:24

XV DE FRANCE - Après la victoire sur le Japon ce dimanche, la treizième de rang pour le XV de France, le sélectionneur Fabien Galthié a souligné l'entrée décisive de Matthieu Jalibert, dont il loue la complémentarité avec Romain Ntamack, et indique son équipe a encore une marge de progression pour arriver au Mondial dans moins d'un an.

Son regard sur le match

"Il y a beaucoup à dire. Je retiens d’abord la victoire dans match pas facile, face à une équipe très présente dans la zone d’affrontement et qui met de la vitesse. Les conditions météo étaient difficiles à maîtriser mais on a gardé une certaine marge de points au score, et on a fini assez confortablement, même si le Japon nous a posé des problèmes. Sur la justesse et l’organisation, nous avons parfois été mis en difficulté. On s’est mis en position d’être contrés. Et on s’est fait contrer. Cela montre une marge de progression. On a parfois tendance à surjouer sur nos temps forts."

La treizième victoire de rang

"C’est le fruit d’un travail depuis un certain nombre d’années, avec la complicité du staff et des joueurs qui sont porteurs du projet. Mais aussi des clubs qui les accompagnent dans leur éducation et leur formation. Au-delà, tout le public pousse derrière nous et apporte beaucoup de force. Il y a une sorte de dynamique autour cette équipe qui lui permet d’être performante."

Un cap franchi cet automne

"Je ne sais pas. Il est important de pouvoir être compétitif quel que soit l’adversaire et la saison durant laquelle on joue. Ce qui est fait est bien là, on peut le constater. Chaque fois qu’on termine une compétition, on se tourne sur la suite. On va se quitter et dès la semaine prochaine, on va se pencher sur nos retrouvailles fin janvier pour préparer, à Capbreton, le match contre l’Italie. Là, les joueurs ont pu toucher du doigt d’enchaîner deux nations du sud et arriver sur un troisième match, comme une phase finale de Coupe du monde où le dernier rendez-vous peut permettre d’aller chercher un titre. Cela fait penser à une échéance qui aura lieu dans dix mois."

L’entrée décisive de Matthieu Jalibert :

"C’est juste, il a fait une très bonne entrée. Dans l’alternance, il a donné de l’air à l’équipe, au pied et à la main. Les finisseurs ont la possibilité de bien lire les situations. Il a été limpide et propre. Il retrouve son meilleur niveau après une année difficile, où il a eu beaucoup blessures. Il a répondu présent sur chaque entrée de manière très efficace. Il y a de l’émulation à son poste, c’est la force de cette équipe. Matthieu confirme tout le bien qu’on pense de lui."

Test match - Matthieu Jalibert (France) contre le Japon (Midi Olympique/Patrick Derewiany)

Test match - Matthieu Jalibert (France) contre le Japon (Midi Olympique/Patrick Derewiany)Midi Olympique

Ntamack moins saignant sur la tournée

"Nous n’avons pas de regrets (sur le choix de le titulariser malgré son manque de compétition, NDLR), mais c’est juste. Cela fait partie de la vue qu’on avait sur la complémentarité entre Romain et Matthieu. On ne s’est pas trompés mais on n’a pas la science infuse. On a construit sur une forme de continuité et on a voulu réintégrer Matthieu après sa saison quasiment blanche. Il confirme son retour en forme. Plutôt que des regrets, nous avons des satisfactions et des confirmations."

La Coupe du monde dans moins d'un an

"L’objectif est d’y arriver le plus fort possible. Ce n’est pas une finalité, car en France, on a souvent préparer les Coupes du monde différemment. Cette échéance est là, on est en route pour arriver avec le plus gros potentiel possible. Mais avant ça, il y a le Tournoi des 6 Nations, un championnat et une Coupe d’Europe. On avait l’ambition d’arriver avec des victoires et un ranking dans les trois meilleurs mondiaux. L’idée était aussi de faire des podiums et d’avoir des titres. Nous sommes en phase."

Penaud dans le top 10 des marqueurs d’essais français

"Un ailier profite du travail de l’équipe. Le talent de Damian, plus ce que prépare l’équipe, lui permet de bien s’exprimer, d’être en confiance, de scorer et peut-être d’aller chercher des records. Cela ferait plaisir à son papa Alain."

Contenus sponsorisés