• XV de France - Charles Ollivon sera capitaine contre le Japon
    XV de France - Charles Ollivon sera capitaine contre le Japon

Ollivon : "Porter le brassard de capitaine du XV de France est toujours un grand honneur"

Par Rugbyrama
Le

XV DE FRANCE - En raison de la suspension d’Antoine Dupont, le troisième ligne de Toulon, Charles Ollivon, sera le capitaine des Bleus ce dimanche à Toulouse face au Japon, un match qu’il aborde comme une finale pour conclure 2022 sur un sans faute.

Après douze victoires consécutives, en ayant battu l’Australie et l’Afrique du Sud championne du monde, quels sont les leviers de motivation avant d’affronter le Japon, dixième nation mondiale ?

On a beaucoup parlé de configuration d’une phase finale de compétition mondiale avec cet enchaînement de trois matchs, donc nous venons de jouer un quart et une demi-finale. C’est maintenant une finale, ce qui motive à monter notre niveau. Nous sommes très fiers de nos deux premiers matchs mais on veut continuer à avancer car toutes les équipes avancent, donc la motivation est toute trouvée pour poursuivre notre chemin vers notre objectif. On veut foncer vers la Coupe du monde et nous devons donc continuer à monter nos standards au quotidien et continuer à gagner nos matchs.

Vous étiez en tournée l’été dernier au Japon, quelles sont vos impressions sur cette équipe nippone et avez-vous préparé des choses spécifiquement ?

Nous avons préparé cette rencontre très sérieusement. Nous connaissons la qualité des japonais. Nous avons vu leur prestation face aux All Blacks. Ils leur ont posé beaucoup de problèmes. Nous sommes fiers de nous mais nous savons que cette équipe japonaise avance aussi. Cela nous motive à monter notre curseur d’exigence. J’ai senti beaucoup de sérieux cette semaine. C’était une bonne semaine d’entraînement et je pense que nous sommes prêts.

Quelles sont les particularités de cette équipe du Japon ?

L’été dernier, nous avons pu voir que les Japonais nous ont posé beaucoup de problèmes dans le jeu courant, nous avions eu beaucoup de pertes de balles, notamment lors du deuxième test. C’est en partie de notre faute mais c’était aussi dû au jeu japonais. J’ai senti beaucoup d’implication cette semaine de l’ensemble du groupe. Nous avons bien débriefé et bien analysé notamment nos performances au Japon. On sait que cette équipe joue avec beaucoup d’énergie sur un rythme élevé et elle est performante sur les phases de transition car les joueurs sont très collectifs et travaillent très bien dans le système. C’est une très belle équipe.

Retrouver la charge de capitaine, est-ce anecdotique ou est-ce la concrétisation de tout le travail que vous avez dû entreprendre pour revenir après votre blessure ?

Je pense à tout le travail entrepris et porter le brassard de capitaine du XV de France est toujours un grand honneur. Mais, que ce soit en tant que joueur ou capitaine, le plus important est de se donner à 100 % car nous avons de grands leaders dans notre collectif. Cela permet de rester concentré sur notre objectif commun qui est le mondial 2023, c’est ce qui prédomine.

La météo est incertaine pour ce dernier match, cela change-t-il vos plans ?

C’est pas encore certain qu’il fasse mauvais mais nous avons travaillé de nombreux scénarios pour s’adapter à toutes les éventualités. Nous avons un plan de jeu mais ce n’est pas fixe. Je crois que nous avons le collectif pour conserver un ballon glissant, avec une stratégie qui peut s’ouvrir ou se fermer en fonction du temps comme du déroulement du match. Le plus important sera de poser les bases de notre jeu. Après, nous sommes capables de nous adapter.

Comment avez-vous récupéré du match face aux Sud-Africains ? Avez-vous l’énergie nécessaire pour ce dernier match ?

En ne jouant que dimanche pour ce dernier match, nous avons eu un jour de plus dans la semaine. C’est important pour la récupération. Une journée entière de plus, ce n’est pas rien et nous avons pu avoir deux jours complètement off dimanche et lundi derniers. Après, nous avons été concentrés sur notre récupération avec les kinés et les préparateurs physiques. Tout le monde a fait des efforts pour bien récupérer et je pense que tout le monde est prêt pour ce week-end, même si nous avons une pensée pour les joueurs qui ont été blessés le week-end dernier.

Après Marseille, le XV de France est à Toulouse, comment vivez-vous ces matchs loin du Stade de France ?

C’est un réel plaisir. Le groupe était enchanté par Marseille avec son ambiance incroyable. Maintenant, nous sommes à Toulouse, c’est une ville qui respire le rugby où l’on peut sentir la ferveur des supporters passionnés. Je garde un très bon souvenir de notre venue en 2016 (victoire 52 à 8 face aux Samoa, NDLR). C’est vraiment un plaisir, une grande joie de venir dans cette ville de passionnés.