• XV de France - Antoine Dupont
    XV de France - Antoine Dupont
  • XV de France - Charles Ollivon
    XV de France - Charles Ollivon

L'antisèche : Dupont cerné, le XV de France en souffrance

Le | Mis à jour

TEST-MATCH - Dans un match où les Bleus n’ont jamais vraiment réussi à mettre leur jeu en place mis sous pression de bout en bout par les Wallabies, c'est un réveil tardif qui a permis aux Français de s'imposer pour la onzième fois consécutive. Antoine Dupont, lui, a été cerné tout au long de la rencontre et a livré une prestation loin de ses standards...

Le résumé :

La première période des Bleus n'a pas été brillante face à des Australiens qui faisaient une entame de match canon. Ce XV de France semblait se chercher et demeurait en réussite seulement sur les quelques bonnes actions individuelles. Malgré tout Marchand relance ses coéquipiers avec un essai juste avant la pause.

En deuxième période les Français commençaient par limiter la casse avant de se faire dépasser par le réalisme et l'opportunisme des visiteurs du jour. Mais le réveil bien que tardif sauvera les Bleus. C'est Damian Penaud très bien servit par Jalibert qui inscrira l'essai décisif.

Le joueur : le coup du mou d'Antoine Dupont

Ce sont des mots que nous n'avons pas l'habitude d'écrire au sujet du "meilleur joueur du monde" mais il faut bien avouer que le demi de mêlée n'a pas montré son meilleur visage pour son retour au Stade de France. Antoine Dupont semblait figé face à des Wallabies qui l'avaient clairement ciblé. Son jeu au pied imprécis a marqué les esprits mais pas que... Sa lecture du jeu aussi. Sur une belle phase offensive lors de laquelle les Bleus étaient clairement dans l'avancée, le numéro neuf fait une passe pour le moins approximative à son coéquipier de club, Cyril Baille qui ne parvient logiquement pas à contrôler le ballon. Une maladresse qui reste relativement rare chez le demi de mêlée qui fait habituellement sa force grâce à sa lecture du jeu.

Une première mi-temps pauvre pour Antoine Dupont et cela ne s'arrangera pas vraiment en seconde période. Véritablement cerné, l'étincelle Dupont ne s'est pas allumée et le demi de mêlée n'a jamais pu mettre son jeu en place ce qui a forcément impacté le jeu des siens.

La stat' : premier essai de Marchand en Bleu

C'est une statistique finalement assez surprenante pour le talonneur aux 21 sélections mais Julien Marchand s'est bel et bien offert son premier essai sous le maillot frappé du coq. Alors que les hommes de Fabien Galthié étaient sous pression et menés de quatre points, c'est Gael Fickou qui emballait le jeu avec une interception. Le centre pousse au pied, Dupont est au soutien et reprend le défenseur australien juste devant son en-but. Le reste de ses coéquipiers arrivent en force et récupèrent ce ballon grâce à un contre ruck surpuissant. Marchand s'empare de la balle et fait parler sa force pour inscrire le premier essai des siens dans ce match.

? ????? ????? ?? ??-?????, l'essai de Julien Marchand qui permet à notre #XVdeFrance de passer en tête ! #FRAAUS #XVdeFrance #NeFaisonsXV pic.twitter.com/mJpOZGS3OA

— France Rugby (@FranceRugby) November 5, 2022

La question : Ollivon a-t-il effacé les doutes ?

Dans toute cette histoire, il y en a un qui a marqué des points. C'est bien Charles Ollivon ! L'ancien capitaine, si on peut l'appeler comme ça avait fait son retour avec les Bleus cet été au Japon. S'il était resté plutôt discret cette fois il a clairement montré que sa place de titulaire dans les rangs du XV de France n'était plus vraiment une question d'actualité.

XV de France - Charles Ollivon
XV de France - Charles Ollivon

Le troisième ligne a gagné la plupart de ses duels et a été précieux dans tous les secteurs de jeu. C'est bien simple il était partout où il pouvait être. Le Toulonnais a même failli inscrire un essai qui sera finalement refusé à la vidéo. Il est l'un des joueurs les plus réguliers de cette rencontre avec peut-être Thomas Ramos qui s'est également fait remarquer à l'arrière. Le tout est que ce samedi soir face à l'Australie, Ollivon a montré qu'il avait toujours l'étoffe d'un capitaine...