Midi Olympique

Ollivon : "Tout le monde a en tête la préparation qui nous attend à Capbreton fin janvier"

Ollivon : "Tout le monde a en tête la préparation qui nous attend à Capbreton fin janvier"

Le 20/11/2022 à 18:13Mis à jour Le 20/11/2022 à 18:18

TEST-MATCH - Le capitaine du XV de France, Charles Ollivon, était très heureux de la victoire face au Japon à Toulouse qui permet aux Bleus de rester invaincus. Mais il pense déjà à la suite.

Avez-vous vu des changements dans le jeu japonais par rapport au mois de juillet ?

Pas tant que ça. Les Japonais ont beaucoup joué au pied en première mi-temps. Ils n’ont pas hésité une seule seconde à se servir du pied. On a vu beaucoup de jeu au pied et ils ont plus alterné en seconde période. Nous avions déjà vu au Japon les qualités de cette équipe mais nous avons encore pu voir cette force collective. Personne ne sort du cadre et ils arrivent à mettre beaucoup de rythme. Ils ont aussi été solides sur les collisions. Même si je pense que nous avons remporté ce bras de fer, on a vu une belle opposition aujourd’hui.

Au niveau des collisions, ce n’était pas du même niveau que la semaine dernière...

On se prépare chaque match pour être à 100% d’engagement. C’est vrai que la semaine dernière, c’était un match très physique et que ça l’était un tout petit peu moins aujourd’hui, mais au niveau international, il est obligatoire d’être à 100 % en terme d’engagement car les collisions piquent quand même, même si le jeu était plus aéré. Les Japonais ont des joueurs denses, solides comme Tatafu qui est rentré en seconde mi-temps. Ils savent aussi porter le ballon et ils ont trouvé de l’avancée par moments. Donc c’était un match de niveau international, dense et intense.

Comment avez-vous vécu personnellement ce match, avec votre retour au capitanat et cet essai inscrit ?

Je suis très heureux, mais tout le monde était très content de jouer ici à Toulouse, avec une belle ambiance. C’est toujours une joie de jouer ici. Je pense que c’est bien d’avoir atteint notre objectif de remporter trois victoires. Il faut continuer. Même si la réalité est que nous rentrons en club, je crois que tout le monde a en tête la préparation qui nous attend à Capbreton fin janvier. Nous allons rentrer en club avec toujours l’esprit au travail pour continuer à nous améliorer et ainsi aller vers d’autres objectifs.

Comment expliquez-vous ce temps faible en début de seconde période, une faiblesse récurrente de l’équipe de France ?

C’est difficile à analyser. Nous l’avions évoqué dans la semaine, et même lors des précédentes semaines. Nous avons encore du travail sur les débuts des mi-temps. Je crois que c’était déjà le cas en 2020. Par moment, ce sont des petites erreurs individuelles qui peuvent mettre l’équipe sur le reculoir mais je crois que nous avons bien réagi. Après ce petit trou d’air, on s’est bien resserré et nous avons su repartir de l’avant pour garder un petit matelas confortable au niveau du tableau d’affichage. C’est ce que je veux retenir même si c’est toujours difficile de trouver les raisons à ce petit passage à vide.

Contenus sponsorisés