Icon Sport

Les notes des Bleus : Huget et Iturria confirment, encore des doutes en troisième ligne

Les notes des Bleus : Huget et Iturria confirment, encore des doutes en troisième ligne

Le 30/08/2019 à 23:35Mis à jour Le 30/08/2019 à 23:58

TEST MATCH - Remis en cause par l'arrivée dans le groupe France d'Alivereti Raka, titulaire lors des deux premiers matchs de préparation, Yoann Huget a répondu de la meilleure des manières. Il a été le meilleur Français sur la pelouse face à l'Italie. En revanche, en troisième ligne, les doutes demeurent après une sortie où les trois hommes ont alterné le bon et le moins bon.

1. Jefferson Poirot (5/10)

Dans son rôle de capitaine, il s’est manifestement mis à dos M. Carley en début de match, au point de s’avérer coupable sur l’essai de Bellini à la 19e, où il se précipita sur l’arbitre plutôt que de reculer sur sa ligne devant Parisse… Dans le jeu, son influence fut globalement modeste, même s’il n’a comme d’habitude pas laissé sa part aux autres en défense. Remplacé par Cyril Baille à la 52e, immédiatement dominateur en mêlée fermée et qui s’est énormément proposé dans le jeu. S’il fut pénalisé à la 65e pour un maul écroulé, il a marqué des points dans sa lutte à distance avec Dany Priso.

2. Camille Chat (6/10)

Aussi hyperactif et maladroit qu’à son habitude, à l’image de son en-avant à la 12e sur un ballon de récupération. Reste que sa puissance pure demeure un argument massue, ainsi qu’il le prouva sur plusieurs charges saignantes ballon en main. Auteur d’un essai à l’arrière d’un ballon porté bien conduit (31e), et surtout d’un 100 % sur ses lancers en touche, son secteur traditionnellement faible. Remplacé par Guilhem Guirado à la 52e, qui s’est beaucoup déplacé sans toutefois parvenir à toucher beaucoup le ballon.

Camille Chat (France) contre l'Italie

Camille Chat (France) contre l'ItalieIcon Sport

3. Rabah Slimani (5/10)

Auteur d’un en-avant sur son premier ballon du match, à la retombée d’une touche mal contrôlée par les Italiens, il fut sanctionné en suivant d’un carton jaune plutôt sévère (22e). Il a en revanche assuré le nécessaire en mêlée fermée en dominant son vis-à-vis Ferrari. Remplacé par Emerick Setiano à la 52e qui, après une première entrée solide pendant l’infériorité numérique de la première période, s’est signalé par de bons plaquages au ras des rucks. Pénalisé en mêlée à la 64e.

4. Arthur Iturria (7/10)

Monté contre son gré en deuxième ligne et conforté dans son rôle de capitaine de touche, il a tenté tant bien que mal de contrecarrer l’alignement italien. Auteur d’une claquette astucieuse à la récupération d’un coup de pied de Dupont (41e), il s’est en outre offert le luxe d’un essai à la 46e, intelligemment replacé dans le couloir opposé… comme un flanker ! Coupable, en revanche, sur l’essai grotesque de Polledri (51e). Remplacé par Félix Lambey à la 55e, qui s’est signalé par de bonnes courses et a démontré, comme pendant le Tournoi, qu’il constituait un intéressant impact-player.

5. Romain Taofifenua (5/10)

Pénalisé sur un temps fort français à la 8e, il fait partie des joueurs coupables sur la pénalité rapidement jouée par Parisse qui permit le premier essai italien. Il a toutefois haussé doucement son rythme, jusqu’à s’avérer parfois intéressant de par sa disponibilité et ses soutiens (auteur d’un essai en force à l’heure de jeu), mais s’est en revanche avéré maladroit sur la fatigue. Un match correct, mais probablement insuffisant pour s’offrir un aller-retour au Japon.

6. Wenceslas Lauret (6/10)

Pénalisé pour une obstruction en touche, puis une entrée hors-jeu dans un maul, il n’a en revanche pas laissé sa part au chien en défense (meilleur plaqueur du match) et dans les tâches obscures du jeu au sol, où il était attendu. Replacé à la 62e par François Cros. Un signe, en vue de l’annonce définitive de la liste ? Difficile à dire pour l’heure...

8. Louis Picamoles (5/10)

Piqué au vif après avoir vu son statut menacé durant le début de la préparation, il est entré sur le terrain plein de rage et de hargne, à l’image de sa première surpuissante charge (1e) ou d’un premier plaquage désintégrant (5e). Malheureusement pour lui, cette envie fut mal contrôlée, au point de lui coûter un carton jaune sanctionnant l’indiscipline globale de son équipe en début de match. Il eut ensuite du mal à retrouver une constance après sa sortie, avec autant de plaquages manqués que de gros tampons, dans son souci constant de marquer les Italiens physiquement. Tout proche de marquer à la 55e au bout d’une charge tout en puissance, il laissa malheureusement échapper le ballon au moment d’aplatir avec trois adversaires sur le dos… Un instantané saisissant, qui résume assez bien sa performance et fera certainement hésiter jusqu’au bout Jacques Brunel au moment d’annoncer sa liste.

7. Yacouba Camara (6/10)

Efficace en fond d’alignement et en défense à l’intérieur de Ntamack, il a commis plusieurs fautes évitables, comme un plaquage haut sur le demi de mêlée Tebaldi ou une obstruction en touche sur Parisse. Extrêmement dynamique et rapide dans ses déplacements mais pas toujours dans le bon tempo sur ses courses de soutien, on espère pour lui que sa tendance à se montrer indiscipliné ne lui coûtera pas sa place à l’officialisation de la liste.

9. Antoine Dupont (7/10)

Propre dans sa direction des sorties de camp, il s’est montré aussi sacrément "couillu" en allongeant sous ses poteaux la longue passe pour Yoann Huget, qui aboutit à l’essai de pénalité. Certes, il a encore sacrifié à son péché mignon de mettre le ballon sous le bras, frustrant parfois ses propres partenaires. Sauf qu’il a inscrit de la sorte un essai qui ne doit rien à personne, en effaçant trois défenseurs dans un côté fermé attaqué en solitaire. Remplacé à la 56e par un Baptiste Serin plutôt inspiré, qui a su donner du liant au jeu.

Antoine Dupont (France) contre l'Italie

Antoine Dupont (France) contre l'ItalieIcon Sport

10. Romain Ntamack (6/10)

Il a réussi d’emblée une bonne intervention sur l’essai de Huget, en plaçant parfaitement Fofana dans l’intervalle. On l’a toutefois senti quelque peu timide par la suite, peu investi dans les sorties de camp et la conduite du jeu. Auteur au retour des vestiaires d’une magnifique diagonale pour Huget (46e), efficace face aux poteaux (5/6, dont deux belles transformations en coin), il a cherché à se montrer sobre, en collant au plus près du plan de jeu. Décalé au centre après la blessure de Fofana, il a été substitué à l’ouverture par Thomas Ramos, auteur d’un essai tout en vitesse (74e).

Romain Ntamack (France) contre l'Italie

Romain Ntamack (France) contre l'ItalieIcon Sport

11. Yoann Huget (8/10)

Son premier ballon touché (2e), il l'a converti en essai, bien servi par Maxime Médard. Le deuxième est un essai de pénalité qui peut lui être attribué tant son rush individuel dans la défense italienne ne doit rien à personne. Il aurait marqué si il n'avait pas été retenu par le maillot (24e) par Bellini, justement sanctionné d'un carton jaune. On l'a même vu infliger une énorme cartouche à ce même vis-à-vis (33e). Yoann Huget a probablement rassuré le sélectionneur sur sa capacité à tenir son rang durant le Mondial, dans sa lutte à distance avec Raka.

12. Wesley Fofana (6/10)

Décisif sur le premier essai en prenant l'intervalle, bien servi par Ntamack (2e), il a été plutôt discret offensivement. Le premier centre des Bleus a surtout été précieux dans l'organisation défensive. Sa bonne lecture des situations a permis une organisation défensive plutôt performante. En revanche, le centre clermontois a encore dû céder sa place en raison d'un coup à une cuisse. Forcément inquiétant pour Jacques Brunel, quand bien même cette blessure n'a aucun lien avec celle qui l'a obligé à déclarer forfait en Écosse.

13. Sofiane Guitoune (5/10)

Très souvent utilisé en première intention pour créer un premier point de fixation, il a été précieux. Mais il s'est souvent montré individualiste. Gourmand sur un surnombre (27e), il a tenté de passer les bras. En vain. En seconde période, encore une fois trop personnel, il a failli faire avorter une action d'essai. Heureusement, l'action a rebondi jusqu'à Arthur Iturria qui a conclu (46e). Il aurait enfin pu marquer un essai, mais son bras a manqué de longueur (56e). Il a été remplacé en suivant par Virimi Vakatawa.

Sofiane Guitoune (France) contre l'Italie

Sofiane Guitoune (France) contre l'ItalieIcon Sport

14. Gaël Fickou (7/10)

Replacé à l'aile, il a livré une performance satisfaisante. Bien placé sur un jeu au pied dans le deuxième rideau de l'ouvreur italien Allan (10e), c'est lui qui sauve une situation périlleuse à la 24e minute en interceptant une passe italienne dans ses 22 mètres et décide de relancer. L'action se termine 100 mètres plus loin par l'essai de pénalité après le rush de Yoann Huget.

15. Maxime Médard (6/10)

Maxime Médard a joué la sobriété. Il a souvent pris le jeu au pied à son compte, gagnant régulièrement les échanges ping-pong avec son vis-à-vis. C'est lui qui délivre une passe décisive à Yoann Huget sur le premier essai des Bleus. Globalement, une bonne sortie à son actif qui confirme son statut de titulaire.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0