• International - Rassie Erasmus
    International - Rassie Erasmus

Ironique, Rassie Erasmus met en cause l’arbitrage de France-Afrique du Sud

Le

XV de FRANCE - Au lendemain de la défaite de ses Springboks face à la France à Marseille (30-26), le directeur du rugby sud-africain Rassie Erasmus s’en est pris à l’arbitrage de M. Barnes, dans une série de tweets à la tonalité ironique. Images à l’appuie, il pointe du doigt plusieurs situations litigieuses qui ont été arbitrées à l’avantage des Bleus.

Le procédé est toujours le même, ironique : des excuses pour des supposés manques des Springboks face à la France, et la promesse de travailler pour rectifier le tir. Le hic ? C’est que les images, dissonantes, donnent à ces contritions un tour malicieux : des fautes françaises, exposées par les faits, et qui n’ont pas été sanctionnées.

Erasmus est coutumier du fait, choisissant soigneusement les images qui justifient son propos et utilisant ses réseaux sociaux pour mettre la pression et la faute sur l’arbitrage. Une manière de dédouaner son équipe, aussi. Au lendemain du France-Afrique du sud qui a vu la victoire des Bleus au bout du suspense (30-26), l’ancien sélectionneur des champions du monde Springboks a ciblé plusieurs situations.

Thomas Ramos cité ?

A l’entame, ce sont les Bleus qui ont l’initiative et Thomas Ramos, à la réception d’un jeu au pied haut, relance. Au duel avec Cheslin Kolbe, il bat et renverse son ancien coéquipier. Comment ? Si l’action n’a pas été arbitrée, ni en direct, ni à la vidéo, il semble effectivement que l’arrière toulousain utilise son coude, dans la gorge de l’ailier springbok. Son bras étant clairement décollé de son corps, l’action lui aurait certainement valu un carton (rouge ?) en Top 14. En commentaire, Erasmus est ironique : "je sais les mecs, il n’y a que nous à blâmer vu que les Français étaient incroyables sur le terrain (joueurs) et en-dehors (supporters) ! Il faut qu’on corrige ces erreurs fondamentales de technique de plaquage". Une action qui pourrait valoir citation à Ramos. Sur la même action, Erasmus cible une passe sifflée en-avant contre son équipe dans les ultimes minutes. Litigieuse, pas scandaleuse.

I know guys and accept it, we really only have ourselves to blame as the French were awsome both on the field (players)and off the field (supporters)!! We just have to fix these fundamental errors like tackle technique and simple passing ??Sorry ?? we know ? pic.twitter.com/hte6ggyXk9

— Rassie Erasmus (@RassieRugby) November 12, 2022

Dans le même registre, Erasmus s’en prend au groupé pénétrant français qui, à la 70e minute, progressait clairement avant d’être finalement stoppé illicitement. Ce qui entraîna le carton jaune à Deon Fourie. Le hic, selon Erasmus ? C’est que Mauvaka se serait détaché du maul avant de se reconnecter, ce qui acte de fait la fin du maul et autorise l’intervention des Sud-africains sur le porteur de balle. Pas faux, au regard des images. Reste que les Springboks, en souffrance à ce moment-là du match, multipliaient les fautes proches de leur ligne et voyaient un carton jaune clairement se profiler. Ce que Eramus oublie de préciser quand il commente, caustique : "Je pensais que le 16 bleu (Mauvaka) s’était détaché et que le maul était fini. Il faut qu’on travaille dur pour mieux comprendre les règles ! Cela nous a coûté cher. On mérite toutes les critiques !"

Deon copping a lot of flack for this yellow card, to be honest I also thought the Blue 16 detached and maul over, we just have to work harder and make sure we understand the rules correctly! Very costly ? ! We deserve all the criticism!! Sorry ?? ? pic.twitter.com/vyBTf5dUXO

— Rassie Erasmus (@RassieRugby) November 13, 2022

FIckou, une intervention sans conséquence

Pour finir, Erasmus pousse la démonstration jusqu’à cette action en fin de match, quand Gaël Fickou commet une intervention pour le moins étrange (70e) sur le demi de mêlée remplaçant des Boks Cobus Reinach. Faute ? Surement. Si Reinach avait effectivement les mains sur le ballon, le ballon n’avait pas été digéré et n’était pas sorti du ruck. Wayne Barnes, considérant que cette intervention n’avait pas d’incidence sur le jeu, laissa jouer. A ce sujet, Erasmus toujours sarcastique : "C’est tellement intelligent de la part de Fickou, son déplacement et la façon dont il intervient de notre côté du ruck n’ont aucune influence sur la vitesse de libération du ballon. Il faut absolument qu’on apprenne de cela !" Rassie Erasmus oublie certainement de dire, au passage, que ses Springboks étaient dans leurs 22m, que le jeu au pied de sortie de camp avait déjà été commandé, que le ballon était volontairement lent bien avant l’intervention de Fickou et que Reinach, une fois débarrassé du trois-quarts centre français, a pu exécuter son jeu au pied sans pression. Ou l’art de voir, dans une image, ce qui vous sert…

This so clever by Fickou, the way he moves and presents himself on our side of the ruck has no influence on our speed of the ball from the ruck !! We can certainly learn from this !! Sorry ??? pic.twitter.com/nCisruylk4

— Rassie Erasmus (@RassieRugby) November 13, 2022

Autres sujets enfin abordés par le directeur du rugby sud-africain : une passe possiblement en avant de Ramos pour Penaud, ainsi qu’une pénalité sifflée contre Faf de Klerk pour un jeu de pression sur son vis-à-vis Antoine Dupont. Il omet, cependant, de repasser la vidéo de la pénalité sifflée contre Sekou Macalou pour une faute très contestable (reparti sans avoir lâché le ballon après un passage au sol, sur un plaquage toutefois non-complété) et qui donna trois points aux Springboks. Certainement un oubli...

Both the ?? and ?? 9’s under immense pressure !! We just have to get that on side right!!Sorry ??? pic.twitter.com/srzoaBjm89

— Rassie Erasmus (@RassieRugby) November 13, 2022

Learning!! Those long passes just have an optical illusion attached to it, we will work hard at it!! ?? pic.twitter.com/T76fdJk4y1

— Rassie Erasmus (@RassieRugby) November 13, 2022