Icon Sport

XV de France - Anthony Belleau : "Une saison riche en enseignements"

Belleau : "Une saison riche en enseignements"

Le 20/06/2018 à 09:43Mis à jour Le 20/06/2018 à 09:56

Le demi d'ouverture de Toulon, qui effectuait son retour chez les Bleus à l'occasion de cette tournée en Nouvelle-Zélande, enchaînera ce samedi à Dunedin (9h35, heure française) une troisième titularisation.

Rugbyrama : Pensez-vous pourvoir gagner ce dernier test ?

Anthony Belleau : Bien sûr que l'on peut gagner, on a bien réagi le week-end dernier, et ça me ferait ch... de partir en vacances sur une nouvelle déroute. Tout le monde est concerné dans le groupe. On sent que l'on peut faire quelque chose. Maintenant à nous de le prouver et de terminer cette tournée sur une bonne note et si possible sur une victoire.

Qu'est ce que le deuxième test a changé ?

A.B. : Ça redonne un peu de confiance. Nous étions arrivés en Nouvelle-Zélande avec beaucoup d'ambitions pour le premier match. Nous l'avons vu sur la première mi-temps, puis on a pris une claque en l'espace de trente minutes. On s'est remis en question pour réagir à Wellington, où, au-delà du score, nous marquons deux autres essais logiquement refusés. On voit qu'il y avait beaucoup de progrès, au moins dans l'état d'esprit. C'est sur que ça redonne de la confiance et du moral.

Test Match - Anthony Belleau (France) en train de plaqué Sam Whitelock (Nouvelle-Zélande)

Test Match - Anthony Belleau (France) en train de plaqué Sam Whitelock (Nouvelle-Zélande)Icon Sport

L'annulation du carton jaune contre Benjamin Fall ne vous laisse-t-elle pas encore plus de regrets ?

A.B. : C'était un fait de match et ça peut arriver n'importe quand. On s'est adapté du mieux que l'on a pu. C'est du passé. Maintenant, nous sommes tous très contents que Ben soit de retour parmi nous.

Deux matchs, deux polémiques sur l'arbitrage, qu'en pensez-vous ?

A.B. : On n'était pas d'accord avec l'arbitre et la sanction, autant sur le premier que lors du deuxième match. Mais c'est le jeu, il y a un arbitre et c'est lui qui décide. Que l'on soit d'accord ou pas, ça ne change rien. Nous ne sommes pas là pour râler ou nous plaindre. Le plus important était de trouver des solutions pour jouer à quatorze.

Craignez-vous une réaction des All Blacks qui ne sont pas sortis satisfaits des deux premiers matchs ?

A.B. : On sait que les Blacks ne sont pas satisfaits. Nous sommes bien placés pour savoir que lorsqu'une équipe a peu le bougon et qu'elle arrive à trouver l'énergie pour transformer ça en motivation, elle peut être dangereuse. Mais nous avons déjà pris une claque, on est averti. On va bien se préparer car on sait que ça va pas piquer. Mais face aux Blacks, qu'ils soient énervés ou pas, ça pique quand même. Il faut être bien préparés, réaliser une bonne entame et tenir le rythme pendant 80 minutes.

Test Match - Anthony Belleau, Yoann Maestri, Bernard Le Roux, Kelian Galletier et Morgan Parra (France) contre la Nouvelle-Zélande

Test Match - Anthony Belleau, Yoann Maestri, Bernard Le Roux, Kelian Galletier et Morgan Parra (France) contre la Nouvelle-ZélandeIcon Sport

Vous n'avez jamais gagné avec l'équipe de France...

A.B. : Je suis impatient de gagner mon premier match. Bon j'ai joué trois fois contre les Blacks en six sélections... On sait que nous sommes en train de relever un peu la barre après une mauvaise période. J'espère que ça va arriver (rires). J'ai hâte que le compteur se débloque.

Que retenez-vous de vos trois premiers matchs contre les Blacks ?

A.B. : Ça me fait progresser, rien que le fait de jouer contre eux et d'analyser ce qu'ils font, de voir comment ils vont défendre, comment ils vont attaquer, voir le jeu de mon vis-à-vis qui fait partie des meilleurs joueurs du monde, là on apprend des petites choses mais aussi sur le terrain, on se rend compte vraiment de ce que c'est en réel, de l'adaptation, la vision que l'on peut avoir. Ça permet d'engranger de l'expérience. Mis à part La Rochelle et Clermont, la Nouvelle-Zélande est l'équipe que j'ai le plus joué dans ma carrière. Tant mieux pour moi. Cela permet de jouer au rugby face à ce qui se fait de mieux.

Anthony Belleau - Toulon

Anthony Belleau - ToulonIcon Sport

Que retenez vous de votre saison ?

A.B. : C'est ma première saison pleine. J'ai eu la chance de jouer sur tous les tableaux : Top 14, Coupe d'Europe, tournée de novembre, Tournoi des 6 Nations et tournée d'été. C'est là que je me rend compte que les saisons sont longues et dures. Ça doit être difficile pour les joueurs qui les enchaînent. C'est riche d'enseignements car il faut aussi prendre ça en compte. Il faut savoir prendre soin de son corps et s'entraîner de la meilleure des manières possibles, avec beaucoup de rigueur. Il faut savoir minimiser les coups de moins bien dans une saison aussi longue. Alors même si les résultats ne sont pas ceux que j'espérais j'ai pu emmagasiner beaucoup d'expérience.

Contenus sponsorisés