Rugbyrama

Test Match - XV de France : les paris d'une composition

XV de France : les paris d'une composition
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 08/11/2018 à 18:44Mis à jour Le 08/11/2018 à 18:45

TEST MATCH - Jacques Brunel s’appuiera sur le groupe France parti en Nouvelle-Zélande en juin dernier pour construire son XV de départ qui affrontera les springboks samedi au Stade de France.

Jacques Brunel avait très tôt annoncé sa volonté, au sortir de la dernière tournée : de la continuité, beaucoup. De la stabilité par rapport à la tournée néo-zélandaise soldée sur un échec de résultats mais, dans la grisaille, quelques chaleurs émergées de chacun des trois matchs. La défense, pour les soixante minutes du premier test-match. L’attaque, ponctuellement lors des deux suivants. C’est peu, bien sûr. Mais c’est une base sur laquelle espérer construire. Brunel a-t-il abattu cette carte ? Pas franchement. Pas totalement, en tout cas. Bien sûr, quelques satisfactions de juin ont disparu, blessures obligent. Les principales, en fait (Leroux, Atonio, Fofana, Parra…).

Mais Priso, Galletier, Babillot, Belleau, Fickou et Fall étaient tous de l’aventure néo-zélandaise, titulaires deux matchs au moins. Tous postulaient pour débuter, ce samedi, la rencontre la plus attendue de cet automne international. Tous verront le coup d’envoi depuis le banc. Voire des tribunes. C’est que le bateau bleu tangue, à chaque rassemblement, de ses allers et retours à l’infirmerie. Des absents de la dernière tournée sont aussi revenus dans le jeu, plus nombreux encore : Poirot, Guirado, Vahaamahina, Lauret, Picamoles, Iturria, Lopez. La moitié d’un XV de départ auquel Brunel a choisi de faire confiance. Immédiatement. Qu’importe l’idéal de stabilité.

Fickou, la sanction

Tous ces choix doivent suivre une lecture individuelle. Guirado, Vahaamahina ou Lopez sont des cadres assumés de l’imaginaire du Gersois. Pour autant qu’ils soient disponibles, ils sont titulaires. Ce sera le cas, samedi. Les cas d’Iturria, Penaud ou Fickou obéissent à une autre logique. Brunel avait demandé à leur club de participer au repositionnement du joueur, pour favoriser leur avenir international. Clermont et Franck Azéma ont joué le jeu. Iturria est désormais un troisième ligne accompli, Penaud un ailier régulier. Les deux joueurs débuteront.

Au Stade français, Heyneke Meyer a accueilli la demande de replacement à l’aile de Fickou avec moins d’adhésion. Fickou, qui revendique également son envie de ne jouer qu’au centre, est écouté en Top 14. Il le paye en Bleu, où il ne "jouera" que sur le banc. Vu la forme actuelle du joueur, le pari est de taille.

XV de France - Gaël Fickou lors de l'entraînement des Bleus

XV de France - Gaël Fickou lors de l'entraînement des BleusIcon Sport

Contenus sponsorisés
0
0