Rugbyrama

Test Match - Kévin Gourdon (France) : "Je suis passé pour un con"

Gourdon : "Je suis passé pour un con"

Le 14/06/2018 à 10:01Mis à jour Le 15/06/2018 à 08:07

"Passé à côté de son match", selon le sélectionneur Jacques Brunel, le troisième ligne de La Rochelle Kevin Gourdon est revenu sur sa piètre performance lors du premier test. Avec une franchise et une lucidité déconcertante. Il sera quand même de nouveau titulaire au poste de numéro 8 samedi pour le deuxième test-match contre les Blacks.

Jacques Brunel a déclaré que vous étiez passé complètement à côté de votre match samedi dernier. Comment s'est déroulé votre début de semaine ?

Kevin Gourdon : Ça a été très difficile au début. Je n'étais content de mon match à titre individuel et déçu du résultat. Le début de semaine a donc été très compliqué. J'en ai discuté avec Jacques (Brunel), je suis conscient d'avoir réalisé une performance, pas loin d'être catastrophique au niveau international. Il (le sélectionneur) me donne une nouvelle chance, à moi de la saisir. J'aurais sans doute un peu plus de pression que d'habitude car je n'ai vraiment pas fait un bon match.

Avez-vous été vexé ?

K.G. : Non, sinon ça signifierait que je ne suis pas conscient de ma performance. On le sait quand on est sur le terrain si on fait un bon match ou pas. En l’occurrence, je sais que je n'ai pas fait un bon match. Pour le coup, ce que Jacques a dit en conférence de presse, c'est totalement vrai. J'ai fait de la merde, je ne peux pas être vexé. J'ai dis à Jacques qu'il pouvait me dire que j'avais fait un match de merde, il n'y a aucun soucis, c'est constructif. Je n'espère pas décevoir le sélectionneur une nouvelle fois.

Par rapport aux difficultés que vous avez rencontrées lors du premier test, est-ce lié au nouveau projet de jeu ?

K.G. : Non pas du tout, car ce sont des erreurs de défense. Nous avons eu très peu la balle donc j'ai eu peu d'occasions de m'exprimer sur le plan offensif. Ce ne sont que des grosses erreurs défensives de ma part qui ne sont pas liés au projet de jeu.

Vous perdez le premier ballon que vous avez eu, est-ce que ça vous a rongé mentalement ?

K.G. : J'ai tenté quelque chose. J'ai essayé de passer les bras et je n'ai pas pu. Mais ça ne m'a pas atteint. Après, on en revient à notre possession de balle. On n'a pas eu de munitions pour s'exprimer offensivement.

Kevin Gourdon - France

Kevin Gourdon - FranceIcon Sport

Est-ce un sentiment de revanche qui vous habite ?

K.G. : Quand tu sors d'une prestation comme la mienne, forcément tu es orgueilleux et tu as envie de montrer une autre image de toi. Parce que là, concrètement, je suis passé pour un... con. Et je n'aime pas ça.

Est-ce que vous avez pu manquer de rythme puisque vous n'aviez plus joué depuis un mois ?

K.G. : Je ne manquais pas spécialement de rythme, mais de rugby peut-être, de situation de match... Après, il ne faut pas se chercher des excuses. On n'a pas joué pendant un mois mais on a joué pendant toute la saison.

Est-ce confortable comme...

K.G. : (Il coupe) Confortable, oui et non, si je passe encore pour un con samedi...

Confortable d'avoir la confiance du sélectionneur, car tous les entraîneurs ne vous auraient pas remis sur le terrain ?

K.G. : Oui, effectivement, c'est une belle marque de confiance et d'être un peu mieux dans sa tête. Je n'aurai pas été au fond du seau si l'entraîneur m'avait sorti car cela aurait été compréhensible. Etre mauvais et ne pas jouer le week-end d'après, c'est normal. Là, dans la tête c'est un peu mieux.

Kevin Gourdon - France

Kevin Gourdon - FranceIcon Sport

Après la blessure de Rémy Grosso et la non sanction des deux fautifs néo-zélandais, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer la bienveillance entourant les All Blacks. Qu'en pensez-vous ?

K.G. : Ce n'est pas un secret, toutes les équipes qui affrontent les Blacks disent à peu près la même chose. Les arbitres sont généralement bienveillants avec les Blacks. Ça s'explique par le fait qu'ils produisent beaucoup de jeu et qu'ils gagnent tous leurs matchs. Certes, cette équipe triche, mais elle produit beaucoup de jeu, elle gagne tous ses matchs. Je suis sûr que ça a un effet positif sur l'arbitrage.

Peut-on croire à une réaction d'orgueil du XV de France ?

K.G. : L'équipe de France a une chance de gagner. Je pense qu'on a fait, malgré tout, une bonne première mi-temps. En seconde, nous n'avons pas su relever la tête en tant qu'équipe. Personnellement, j'ai offert des essais en montant n'importe comment en défense. Au bout d'un moment, commettre de telles fautes alors que nous ne sommes pas en danger, c'est très compliqué pour le reste de l'équipe. Il faudra qu'on soit plus précis et surtout qu'on ait plus de possession. Sans ballon, comme sur le premier match, c'est difficile de marquer des points.

Contenus sponsorisés
0
0