Icon Sport

Test Match - Technique - les Bleus doivent-ils fermer le jeu ?

Les Bleus doivent-ils fermer le jeu ?

Le 09/06/2018 à 08:58Mis à jour Le 09/06/2018 à 09:00

Intouchables dans le désordre, les Blacks semblent plus friables dans un match cadenassé. Une clé pour les Bleus ?

La dernière tournée des Lions britanniques en Nouvelle-Zélande, l'an dernier, a livré cette leçon : dans le désordre, les All Blacks sont intouchables. La qualité individuelle, technique et physique, des hommes de Steve Hansen, fait gonfler la note en trois passes et deux accélérations. Résultat du premier test-match, joué sur ce rythme élevé : 30-15 pour les All Blacks, les Lions ne sauvant les apparences que grâce à un essai de Rhys Webb après la sirène. Les hommes de Gatland, alors, ont fermé le jeu. Pour remporter le second test (24-21) et arracher le nul sur la série de tests, lors du troisième match (15-15).

" Je ne vous dis pas qu'on va relancer de partout, Brunel"

Les Bleus doivent-ils s'en inspirer ? Forcément, cela donne envie. "Mais nous avons aussi une histoire, la marque d'une certaine idée du rugby à la Française qu'il faut assumer et porter" tempérait Jacques Brunel, jeudi, à ce propos. Ce rugby a-t-il encore voie au chapitre en 2018 ? "Dans le rugby d'aujourd'hui, plus fermé, où les défenses prennent souvent le dessus, le rugby de mouvement libre a moins de place. Je ne vous dis pas qu'on va relancer de partout. Mais il faut aussi savoir jouer". Depuis leur arrivée à Auckland, les Bleus n'entendent pourtant parler que de leur défense.

Jacques Brunel (sélectionneur du XV de France)

Jacques Brunel (sélectionneur du XV de France)Icon Sport

Dans les media néo-zélandais, mais aussi dans la bouche de Steve Hansen, élogieux à ce propos. Et précis dans son analyse, dans l'avant-match. A apprécier à sa juste valeur. "Toutes les équipes du monde insistent aujourd'hui sur la vitesse de leur ligne défensive. De nord au sud, c'est la même chose. Ce qui rend la défense française intéressante et efficace, c'est qu'elle monte effectivement très vite mais que, ensuite, elle vous pousse vers l'extérieur. C'est ce qui les rend vraiment dangereux. Vous avez l'impression de les voir arriver droits sur vous, de face. En fait, leurs corps sont tournés vers l'extérieur, ce qui leur permet de couvrir plus d'espaces. Ils vous font miroiter de l'or à l'extérieur pour mieux vous y enfermer."

Les Blacks aussi pourraient fermer

L'autre piste qui tend à prédire un match fermé vient du côté néo-zélandais. La composition d'équipe, déjà. Avec Jordie Barrett à l'arrière et et Ben Smith à l'aile, les Néo-Zélandais se donnent deux joueurs excellents sous les ballons hauts, en même temps sur le terrain. L'anticipation du jeu au pied français ? Pas seulement. Les All Blacks aussi devraient en user, voire en abuser.

Steve Hansen (Nouvelle-Zélande) - novembre 2016

Steve Hansen (Nouvelle-Zélande) - novembre 2016Icon Sport

Au-delà de la logique compétitrice, les Néo-Zélandais prennent cette tournée d'été comme un laboratoire de leur jeu. Pour le faire évoluer. "Nous n'avons pas connu d'évolutions majeures dans notre projet de jeu depuis 2014, je pense, estime Steve Hansen. Nous sommes aujourd'hui à 18 mois de la prochaine Coupe du monde. C'est le moment de lancer les grands chantiers, parce que ça laisse encore assez de temps pour les peaufiner".

Le sélectionneur néo-zélandais n'en a évidemment pas dévoilé plus. Mais la tendance est clairement la suivante : muselés par le verrou des Lions il y a un an, les All Blacks cherchent des clés pour surprendre les défenses hyper-agressives. La première d'entre elle pourrait être une utilisation accrue du jeu au pied, avec une chasse organisée au point de chute. Et on en revient à la possibilité très sérieuse de voir un match fermé, samedi.

Contenus sponsorisés
0
0