Icon Sport

Test Match - Mais où va l'Argentine ?

Mais où va l'Argentine ?

Le 26/06/2018 à 16:00

Défaits consécutivement deux fois face au pays de Galles (10-23 ; 12-30) et face à l'Écosse (15-44) durant ce mois de juin, les Pumas connaissent une période très difficile. Le départ de Daniel Hourcade à la tête de la sélection et son remplacement sont désormais au centre des attentions.

Le sport argentin n'est décidément pas à la fête en ce mois de juin. Alors que l'Albiceleste, médiocre jusqu'à présent , dispute en Russie ce mardi un match brûlant et décisif pour la suite de la compétition, les Pumas ont eux bouclé une campagne de tests-matchs catastrophiques. À tel point que le sélectionneur Daniel Hourcade a annoncé son départ le 17 juin après la deuxième rencontre perdue face aux Gallois à Santa Fe (12-30). Si le ballon rond, sport roi au pays des « gauchos » alimente les principaux sujets de conversation, son cousin du ballon ovale suscite eu égard aux résultats de la sélection nationale quelques interrogations.

Daniel Hourcade, le sélectionneur de l'Argentine

Daniel Hourcade, le sélectionneur de l'ArgentineIcon Sport

Le classement World Rugby actualisé en début de semaine ne trompe d'ailleurs pas : l'Argentine fait du surplace au dixième rang mondial (avec 75,55 pts) et la menace du Japon (11ème à 75,24 pts) se fait plus pressante que jamais. Surtout le fossé se maintient au classement avec la France, premier adversaire de poule des Argentins pour la Coupe du monde japonaise en 2019. C'est bien simple, l'Argentine paraît désormais s'asseoir à la table des nations du Tier 2 . Et les sommets du rugby mondial occupés par les Néo-Zélandais et Irlandais semblent loin. Les coéquipiers d'Agustin Creevy flirtent avec le 12ème rang, le pire de l'histoire du rugby argentin, occupé déjà en 2014.

Un bilan en trompe l'oeil

Sur le terrain, la défaite face au XV du Chardon (15-44) à Resistencia le week-end dernier n'a souffert d'aucune contestation et c'est une sortie de route, une dernière "lamentable" comme l'a qualifié Daniel Hourcade qui a été proposée aux supporters argentins. Pour Daniel Hourcade, la fin de l'histoire avec la sélection nationale se termine amèrement. Arrivé en octobre 2013 à la place de Santiago Phelan, le technicien, originaire de Tucuman, avait pour mission de mener l'Argentine à la Coupe du monde 2019 . Mais l'accumulation de mauvais résultats auront eu raison de lui. Il ne présente certes pas un bilan des plus glorieux : en cinq ans, et 54 matchs, les Pumas comptent 15 victoires et 39 défaites avec Hourcade à leur tête. Ces chiffres doivent cependant être remis dans leur contexte : l'Argentine affronte depuis 2012 la Nouvelle-Zélande , l'Afrique du Sud et l'Australie à l'occasion du Rugby Championship.

Santiago Phelan - Argentine

Santiago Phelan - ArgentineIcon Sport

En se confrontant à la crème de l'Hémisphère Sud, les Pumas ont dû apprendre à prendre leur mal en patience et à courber l'échine . Les résultats pour la plupart négatifs ne les ont toutefois pas empêché de poursuivre leur progression. Il y eut même quelques exploits comme la victoire face aux Wallabies en 2014 à Mendoza, et celle à Durban en 2015 contre les Springboks. En 2015 lors de la Coupe du monde disputé au Royaume-Uni, les Argentins ont brillé. Parvenus en demi-finale pour la deuxième fois de leur histoire (après 2007), Juan Martin Hernandez et les siens ont terminé le mondial à une quatrième place retentissante.

Juan Martin Hernandez - Argentina 2017

Juan Martin Hernandez - Argentina 2017Getty Images

Seulement, depuis, les Pumas n'ont pas confirmé, s'inclinant tour à tour contre la France et l'Angleterre lors des tournées d'été 2016 et 2017. La dernière en date a renforcé les doutes qui entourent cette sélection. Amputés des joueurs qui officient sur le continent européen - une mesure prise par la Fédération argentine de rugby (UAR) après la Coupe du monde 2015 et qui oblige les prétendants à l’équipe nationale à évoluer au pays au sein de la franchise des Jaguares - l'Argentine offre un paradoxe.

L'éclaircie des Jaguares

En effet, comment cette sélection composée de joueurs qui évoluent en Super rugby à bon niveau n'arrive pas à confirmer sur la scène internationale ? Intégrés depuis la saison 2015-2016 au Super Rugby, les Jaguares ont après une première saison d'apprentissage (4 victoires, 11 défaites et une 13ème place au classement général) limé leurs griffes et sorti les crocs. Alors que le Super Rugby reprendra ce week-end, ils sont deuxièmes de la conférence sud-africaine et l'ont déjà emporté à huit reprises (contre cinq défaites). En bonne posture pour se qualifier pour la première fois de leur récente histoire en quart de finale -une question se pose quant aux répercussions des résultats de la sélection nationale - ils représentent le rayon de soleil du rugby argentin.

Ledesma et qui d'autre ?

Un rayon de soleil incarné dans la personne de Mario Ledesma. L'ancien joueur de Clermont-Ferrand et talonneur de la génération dorée de 2007, troisième du mondial français, est à la tête des Jaguares depuis cette saison. Monument du rugby argentin (84 sélections), apprécié des supporters, "Super Mario" se pose désormais en candidat de premier choix pour la succession de Daniel Hourcade. Tout semble indiquer qu'il sera le nouveau sélectionneur des Pumas dans un futur proche, accompagné de son adjoint Nicolás Fernández Miranda. Si le nom de Ledesma revient avec insistance, le président de l'UAR Marcelo Rodriguez a toutefois signifié son désir de voir deux staffs différents à la tête de la sélection argentine et de celle des Jaguares. Un souhait qui semble difficilement réalisable pour l'instant.

Nicolas FERNANDEZ MIRANDA - Argentine

Nicolas FERNANDEZ MIRANDA - ArgentineIcon Sport

La solution pourrait venir d'Europe où Gonzalo Quesada, autre grande figure du rugby argentin a récemment annoncé son départ de Biarritz (Pro D2). L'ancien demi d'ouverture des Pumas (44 ans, 38 sélections) a la particularité d'avoir évolué en sélection aux côtés de Ledesma. Il pourrait accepter un rôle auprès des Jaguares avec deux entraîneurs de l'Hindu Club Juan Fernández Miranda y Lucas Ostiglia. Son nom filtrerait aussi pour s'occuper de la ligne de trois-quarts argentine. En attendant, le flou demeure et le temps presse : dans un mois le Rugby Championship débute.

Gonzalo Quesada

Gonzalo QuesadaIcon Sport

Contenus sponsorisés
0
0